/news/culture

Billie Eilish sacrée cinq fois aux Grammys

Agence France-Presse

La révélation pop Billie Eilish a remporté dimanche aux Grammy Awards le prix de la «chanson de l'année» pour «Bad Guy», assénant une claque à des artistes confirmés comme Lady Gaga, Taylor Swift ou Lana Del Rey également en lice dans cette catégorie prestigieuse.    

«Je n'aurais jamais pensé que ça m'arrive, de toute ma vie», s'est exclamée l'adolescente de 18 ans, qui partage le prix avec son grand frère, Finneas O'Connell, le principal auteur avec lequel elle travaille.    

«J'ai grandi en vous regardant tous», a-t-elle lancé ingénument au parterre de stars présentes dans la salle du Staples Center de Los Angeles.    

À seulement 18 ans, Billie Eilish, avec sa pop iconoclaste et son univers sombre, a aussi été sacrée «meilleure nouvelle artiste», coiffant sur le poteau le phénomène Lil Nas X et la rappeuse Lizzo, championne des nominations de l'édition 2020.   

Eilish met aussi la main sur les grammys pour «meilleur album de l'année» et «enregistrement de l'année» avec «Bad Guy».  

L'artiste californienne figure parmi les artistes comptant le plus grand nombre de nominations aux Grammy Awards cette année, six au total, dont la «chanson de l'année». Elle est ainsi devenue la plus jeune à concourir dans les quatre principales catégories.    

Avant la sortie de son album «When We Fall Asleep, Where Do We Go?» au printemps dernier, Billie Eilish avait déjà remporté un vif succès sur internet pour sa pop audacieuse, marquée par des basses lourdes et mâtinée de «trap» et d'électro.    

Elle a aussi remporté le Grammy du meilleur album vocal pop, s'inclinant seulement face à l'exubérante rappeuse Lizzo dans la catégorie de la «meilleure performance pop solo».

En août, Billie Eilish est devenue la première musicienne née dans les années 2000 à se hisser au sommet du top 100 américain, détrônant Lil Nas X et son record de 19 semaines avec son succès planétaire «Old Town Road».    

L'artiste consacrée «femme de l'année 2019» par le magazine spécialisé Billboard a aussi écrit avec son frère le thème officiel du prochain volet des aventures de James Bond, «Mourir peut attendre».    

Des premiers prix     

Lady Gaga y a remporté deux récompenses pour la bande-son du film «A Star Is Born» et Beyoncé a été primée pour son documentaire musical «Homecoming». «Repose en paix Kobe, nous t'aimons», a lancé Steve Pamon, le réalisateur du film, en recevant son trophée.     

Favori de la 62e édition, le phénomène Lil Nas X a déjà empoché son premier Grammy pour le clip vidéo de son tube «Old Town Road» tandis que Billie Eilish a remporté dimanche le prix du «meilleur album pop vocal» pour «When We All Fall Asleep, Where Do We Go?», s'imposant face aux vétérans Taylor Swift, Beyoncé, Ariana Grande et Ed Sheeran.     

«J'ai l'impression de ne pas mériter d'être là. La vie est bizarre», a lancé l'adolescente d'à peine 18 ans.     

Quant à Michelle Obama, elle a été primée dans la catégorie du «meilleur album parlé» pour le livre audio de ses mémoires.     

Soirée sous tension     

La soirée de gala s'annonce très disputée et le palmarès devrait faire la part belle aux nouveaux talents, en particulier féminins comme Lizzo et Billie Eilish, même si le spectacle risque de ne pas suffire à faire totalement oublier les graves accusations de harcèlement et d'irrégularités portées contre les Grammy Awards par son ex-patronne, récemment suspendue de ses fonctions.     

Deborah Dugan affirme notamment que son prédécesseur à la tête de la Recording Academy, Neil Portnow, a violé une artiste et que certains votes pour les nominations aux Grammy Awards ont été entachés par des «conflits d'intérêts». Neil Portnow et l'organisation ont catégoriquement démenti.     

Une enquête indépendante a été ouverte mais beaucoup de professionnels du disque ont déploré le coup porté à la réputation des Grammy Awards.     

Deborah Dugan avait pris en août la tête de l'Académie, devenant la première femme de l'histoire à occuper ce poste. Elle a affirmé être victime de représailles parce qu'elle voulait y «changer les choses» après 17 ans de présidence de Neil Portnow.     

Le millésime 2020 devrait être une réussite avec des nominations très féminines.     

Les femmes dominent la liste des nominations, en particulier dans les quatre catégories reines (album de l'année, enregistrement de l'année, chanson de l'année et révélation de l'année), où elles sont au moins à parité avec les hommes.     

Outre l'exubérante rappeuse Lizzo, en tête avec huit nominations, Billie Eilish (six), Ariana Grande (cinq), Lana Del Rey, Beyoncé et la chanteuse H.E.R. ont également tiré leur épingle du jeu.     

Quelques prévisions     

Selon le site spécialisé Gold Derby et de nombreux autres médias américains, Lizzo, Billie Eilish, Ariana Grande et Lil Nas X devraient se partager les prix les plus en vue.     

Lizzo, 31 ans, et la sombre Billie Eilish, 18 ans, incarnent deux styles très éloignés l'un de l'autre: d'un côté une pétillante jeune femme noire, aux clips colorés et aux éclats de voix; de l'autre une ado blanche à la voix douce et entêtante.     

Les deux artistes représentent chacune à leur manière un mélange de genres musicaux typique des tendances actuelles, qui se jouent des catégories traditionnelles.     

C'est aussi le cas d'«Old Town Road», avec son mélange de banjos country et de basses hip-hop, qui fait la quasi-unanimité des pronostics dans la catégorie de «l'enregistrement de l'année» (récompensant la production).     

La soirée de gala des Grammy Awards doit présenter comme chaque année une vingtaine de numéros musicaux, parmi lesquels Aerosmith, Billie Eilish, Ariana Grande, Camila Cabello, les Jonas Brothers, Cyndi Lauper, Lil Nas X, Lizzo, Demi Lovato, Meek Mill, Run-DMC, Gwen Stefani et le rappeur YG.     

Cette année encore, Alicia Keys jouera les maîtresses de cérémonie d'un spectacle qui proposera notamment une version de «Old Town Road» par le groupe de K-pop BTS, la vedette country Billy Ray Cyrus et le DJ Diplo.

Dans la même catégorie