/finance

ACEUM : la balle est dans le camp de l’opposition

Émilie Bergeron | Agence QMI

Le gouvernement Trudeau ne s’est pas montré ouvert à apporter des modifications à l’Accord Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM), lundi, comme le Bloc québécois le voudrait pour appuyer la ratification de l’entente.

«On a déjà négocié pendant beaucoup de temps et [...] on a amélioré l’accord. C’était à ce moment-là, quand on était en négociation avec les autres pays, qu’on a fait des changements», a dit la vice-première ministre Chrystia Freeland après avoir déposé une motion de voies et moyens en vue de la ratification de l’ACEUM..  

• À lire aussi: Trudeau lance un appel à la collaboration  

• À lire aussi: Ratification de l'ACEUM: bloquistes et libéraux croisent déjà le fer  

Les libéraux souhaitent que le Parlement canadien ratifie rapidement l’entente commerciale et entendent déposer un projet de loi à cet effet mercredi. Les 32 députés bloquistes menacent toutefois de s’y opposer si des protections supplémentaires ne sont pas proposées pour le secteur de l’aluminium.

Au premier jour de la reprise des travaux parlementaires, tant le premier ministre Justin Trudeau que Mme Freeland ont rappelé que le premier ministre québécois François Legault souhaite la ratification prochaine de l’ACEUM. La vice-première ministre, responsable du dossier des relations américano-canadiennes, a indiqué qu’il lui avait réitéré de vive voix cette position, lundi matin.

«Le Québec, historiquement, est une province qui appuie vigoureusement le libre-échange [...] et qui comprend l’importance du commerce avec les États-Unis», a ajouté Mme Freeland.

Elle n’a toutefois pas voulu préciser quel échéancier se fixe le fédéral pour ratifier la nouvelle mouture de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).

«La balle est dans le camp des partis d’opposition», s’est-elle contentée de dire. Elle a précisé que des fonctionnaires impliqués dans le dossier du nouvel ALENA seront mis à la disposition des députés de toute allégeance pour les aider à comprendre les dispositions de l’accord.

Le chef bloquiste Yves-François Blanchet a rétorqué que les libéraux, en situation de gouvernement minoritaire, se doivent d’entendre les propositions des partis de l’opposition.

«Notre approche est positive et constructive. On travaille sur des solutions qu’on va proposer au gouvernement pour aborder ce qui sont, à nos yeux, des faiblesses», a-t-il dit. Il a ajouté que certaines avenues explorées ne nécessitent pas la réouverture complète de l’ACEUM.

Mis à part le Bloc québécois, les autres partis d'opposition n'ont pas clairement indiqué comment ils entendent voter quant à la ratification. Le Nouveau Parti démocratique a seulement fait savoir qu'il ne veut pas que les choses soient précipitées et qu'il souhaite que le temps nécessaire soit accordé à l'étude en profondeur de l'ACEUM.

Les conservateurs, enclins à voter en faveur, ont pour leur part signalé que leur appui ne doit pas être tenu pour acquis.

«La pression que le gouvernement souhaite imposer au niveau du rythme n’est, à mes yeux, pas le bon chemin», a commenté le lieutenant conservateur pour le Québec, Alain Rayes.

Le vote sur la motion de voies et moyens déposée lundi devrait avoir lieu mercredi.

Dans la même catégorie