/sports/homepage

Des athlètes qui nous ont quittés trop tôt

Une icône du sport s’est éteinte, dimanche, lorsque Kobe Bryant a perdu la vie à l’âge de 41 ans dans un accident d’hélicoptère, à Calabasas, dans le sud de la Californie. Tout comme lui, d’autres athlètes nous ont quittés trop tôt après avoir marqué l’histoire de leur sport.   

• À lire aussi: Le monde du sport inconsolable  

• À lire aussi: La carrière de Kobe Bryant en chiffres 

Walter Payton, football   

Le porteur de ballon est considéré comme l’un des meilleurs à son poste et il a redéfini la position lors de sa carrière dans la NFL, de 1975 à 1987 avec les Bears de Chicago. Un trophée a même été nommé en son honneur. Il est remis au joueur qui excelle et qui s’implique dans une œuvre caritative en dehors du terrain. En 1999, le joueur de football a annoncé qu’il était atteint d’une maladie rare du foie, appelée la cholangite sclérosante primitive. Il en est décédé la même année, à l’âge de 45 ans.    

André the Giant, lutte   

US-PREMIERE-OF-HBO'S-"ANDRE-THE-GIANT"---RED-CARPET

Photo d'archives, AFP

À 7 pi 4 po et près de 500 lb, André the Giant ne passait pas inaperçu dans le monde de la lutte. Il est devenu le premier français à devenir champion du monde de la World Wrestling Federation (WWF). Il a entre autres été impliqué dans l’un des plus grands matchs de lutte de l’histoire face à Hulk Hogan, en 1987. En 1993, celui qui est né sous le nom André René Roussimoff a été retrouvé mort dans sa chambre d’hôtel à Paris, à l’âge de 46 ans. Victime d’une crise cardiaque, il était venu assister aux funérailles de son père.    

Lou Gehrig, baseball    

Durant sa carrière de 17 saisons avec les Yankees de New York, Lou Gehrig a remporté la Série mondiale à six occasions. Il a entre autres connu une séquence de 2130 matchs joués consécutifs, un record aujourd’hui battu qui lui a valu le surnom «le Cheval de fer». Atteint de la sclérose latérale amyotrophique (SLA), l’athlète est décédé à l’âge de 37 de la maladie qui porte aujourd’hui son nom.    

Roberto Clemente, baseball    

Photo d'archives, AFP

Roberto Clemente a connu une carrière de 18 ans remplie de succès dans les ligues majeures, toutes avec les Pirates de Pittsburgh. Le Portoricain a remporté deux séries mondiales (1960 et 1971) et il a été nommé le joueur le plus utile de la Ligue nationale en 1966. Homme de grand cœur, Clemente a investi beaucoup de son temps dans des œuvres de charité. En 1972, il souhaitait aider les gens touchés par le tremblement de terre au Nicaragua. Il a pris l’avion pour s’y rendre, mais il n'y est jamais arrivé, puisque le bolide s'est écrasé. Un trophée du baseball majeur a été nommé en son honneur et il récompense un joueur qui s’investit dans la communauté.

Dans la même catégorie