/regional/outaouais

Être nomade pour être libre

TVA Nouvelles

Elle détient une maîtrise en travail social et est responsable d’un service de garde dans une école, mais Marie-Claude Allard a choisi de vivre différemment des autres. 

Mme Allard a décidé d’être nomade et a fait le choix de vivre dans sa caravane – été comme hiver. 

«Je n’ai jamais été dans la consommation, j’ai eu des maisons comme tout le monde, dit celle qui réside dans la région d’Ottawa-Gatineau. Mais en fait, le déclencheur dans tout ça a été un voyage que j’ai fait à Compostelle.» 

L’expérience de n’avoir que l’essentiel dans son sac à dos a été marquante. 

«C’est plutôt à mon retour que ç’a été un choc pour moi, explique celle qui a marché 620 km en 25 jours. J’ai compris beaucoup de choses dans ma vie.» 

Elle trouvait alors qu’elle possédait beaucoup de trop de choses contrairement à d’autres qui ont peu. 

Son mode de vie est pour elle une façon de conserver ce «sentiment de liberté qu’on a quand on part en voyage». 

Mme Allard parcourt ainsi sa région chaque jour et rares sont les fois où elle passe la nuit au même endroit.  

Elle arrête son choix d’emplacement pour dormir en fonction plusieurs facteurs : son travail et la façon dont elle se sent, entre autres. 

«La seule chose que j’ai à faire, c’est de prendre la vie avec le plaisir, de m’amuser», raconte Marie-Claude Allard. 

Visionnez l’intégralité de son entrevue à Denis Lévesque ci-dessus