/news/society

«Ce n’est qu’un au revoir, Québec»

Stéphane Sinclair | Journal de Montréal

Rose Eva

Stéphane Sinclair / JdeM

Une jeune programmeuse camerounaise a promis de revenir un jour au Québec, quelques instants avant d’en être expulsée lundi soir pour avoir travaillé après la fin trop rapide de ses études.  

« Ce n’est qu’un au revoir, Québec. Je veux revenir vivre avec vous », a soufflé Rose Eva, 23 ans, en larmes, avant de franchir les contrôles de sécurité lundi soir à l’aéroport Montréal-Trudeau, d’où elle a quitté le sol canadien.   

• À lire aussi: Jeune programmeuse expulsée du pays: trop parfaite pour le Canada 

• À lire aussi: Une Camerounaise expulsée après avoir été une bonne élève  

Elle était entourée d’une vingtaine d’amis et de membres de sa famille habitant au Québec, fort émotifs.   

« Je suis anéantie. Je suis tombée en amour avec les Québécois qui sont tellement chaleureux. Merci aux Québécois qui ont fait tant pour moi. Desquels j’ai tellement appris », a-t-elle assuré.   

Travail non permis  

La Camerounaise est arrivée au Québec en 2017 pour suivre une technique en programmation informatique à l’Institut Teccart à Montréal. Elle a ajouté ce diplôme à une maîtrise en finances de l’Université de Yaoundé, au Cameroun.   

Immigration Canada lui reproche de ne pas avoir cessé de travailler la journée même de l’obtention de son diplôme, puis d’avoir fait modifier son visa.  

Étant montée en grade plus vite que prévu grâce à ses efforts, Rose Eva a plutôt continué de travailler pendant quelques semaines à la boutique de vêtement qui l’a employée à temps partiel durant ses études. Elle ne se doutait pas que ce ne lui était pas permis.  

On lui demande donc de quitter le Canada même si elle a reçu plusieurs offres d’emploi après que son histoire eut été médiatisée. Il faut dire que ses compétences sont recherchées au Québec.   

De retour au Cameroun, elle pourra tenter sa chance pour revenir au pays.   

Son dernier espoir d’éviter de retourner dans son pays natal lundi était l’appui du ministre de l’Immigration, qui n’est pas intervenu.