/news/politics

Québec va reconsidérer le financement de la Fédération des femmes

Vincent Larin | Agence QMI

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale a jugé que les propos de la présidente de la Fédération des femmes du Québec était «totalement inacceptables» après que Gabrielle Bouchard ait appelé à une discussion sur la possible «interdiction et abolition» des relations de couple hétérosexuelles.    

 • À lire aussi: «J’ai manqué de jugement», admet Gabrielle Bouchard 

• À lire aussi: Un nouveau tweet de la présidente de la FFQ sème la controverse  

• À lire aussi: «Je me pose des questions sur ce qui se passe dans sa tête»  

«Je n’aurais jamais dû faire ce tweet-là, c’était déplacé, maladroit, et auprès des femmes de la fédération, des Québécoises, des Québécois, des membres de l’équipe et du CA, je tiens à m’excuser», a-t-elle déclaré à l'émission «La Joute» sur les ondes de LCN, mardi.   

«C’est la preuve qu’on doit tourner ses pouces sept fois avant de tweeter et peut-être plus dans mon cas», a ajouté la présidente de la FFQ connue pour ses nombreuses déclarations controversées.   

Malgré tout, Gabrielle Bouchard affirme avoir toujours le soutien du conseil d’administration de la FFQ et ne compte pas démissionner.   

Québec évalue son financement   

Elle a ainsi réagi quelques heures après que le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, a indiqué que Québec évaluera si la FFQ se qualifie toujours pour recevoir l’aide de l’État.   

La FFQ a reçu 120 000 $ en financement de la part de son ministère pour l’année 2019-2020.   

Or, selon Jean Boulet, les propos tenus mardi par Gabrielle Bouchard sont «totalement inacceptables», même s’ils représentent une position personnelle.   

«Quand tu t’exprimes dans la sphère publique, tu le fais de manière compatible avec la mission de l’organisation que tu es censé représenter. Donc, même si elle le fait en son nom personnel, ce sont des propos que je ne peux trouver plus acceptables», a expliqué le ministre Jean Boulet.   

«Ça s’accumule dans ce dossier-là et ça fait en sorte que ça m’impose, à moi, d’évaluer le dossier, véritablement, en tenant compte des critères. On ne peut pas se cacher derrière la liberté d’expression et tenir des propos aussi irrespectueux et inacceptables», a-t-il ajouté.   

Gabrielle Bouchard a de nouveau semé la controverse en publiant un message provocateur sur Twitter sur les relations de couple hétérosexuelles, mardi matin.   

«Les relations de couple hétérosexuel sont vraiment violentes. En plus, la grande majorité sont des relations basées sur la religion. Il est peut-être temps d'avoir une conversation sur leur interdiction et abolition», a-t-elle écrit sur Twitter.   

Plusieurs internautes n’ont pas tardé à décrier ce message de Gabrielle Bouchard que certains ont qualifié de «provocation», de «dérapage» ou encore de «connerie».   

«Je viens de lire le tweet et je ne comprends pas. Est-ce que c’est une blague», s’est interrogé Gabriel Nadeau-Dubois, porte-parole de Québec solidaire en entrevue avec Mario Dumont à LCN.   

La présidente de la FFQ s'est défendue sur Twitter en répondant ceci à un usager: «les statistiques sont quand même claires que les femmes sont tuées en grande majorité dans un contexte de relations intimes avec un partenaire masculin».   

«On devrait pouvoir discuter de toutes les solutions, non?», a-t-elle ajouté.   

Gabrielle Bouchard n'en est pas à son premier coup d’éclat sur le web. Elle avait déjà qualifié le voile islamique de «badass» et avait appelé à la «vasectomie obligatoire à 18 ans» pour faire de la «provocation».

Dans la même catégorie