/news/world

Un chihuahua menaçant s'invite au procès d'Harvey Weinstein

Agence France-Presse

Le procès d'Harvey Weinstein à New York a connu un rare moment de légèreté mardi avec l'évocation d'une rencontre entre le producteur de cinéma et un petit chien, qui aurait effrayé celui qui n'avait pourtant pas peur de grand-chose.

Après le témoignage de l'une des deux victimes présumées au centre du procès, Miriam Haleyi, lundi, le tribunal a entendu son ancienne colocataire, Elizabeth Entin, qui a raconté comment en 2006 son chihuahua Peanut avait pourchassé Harvey Weinstein dans leur appartement.

«Il disait: "qu'est-ce que c'est que ce truc? Ne le laissez pas m'approcher"», a décrit cette femme citée par l'accusation pour venir à l'appui des allégations de son ancienne colocataire.

«M. Weinstein, avez-vous peur des chihuahuas?», a lancé mardi un journaliste à la sortie de la salle d'audience, après la fin des débats. «Est-ce que j'ai l'air de quelqu'un qui a peur des chihuahuas», a répondu, en souriant, le sexagénaire, qui ne s'est quasiment pas exprimé depuis le début du procès.

Lundi, Mimi Haleyi avait décrit comment Harvey Weinstein avait fait irruption dans l'appartement ce jour-là sans y avoir été invité, par la porte entrebâillée.

«Il était très insistant», a expliqué celle qui dit avoir été agressée sexuellement par le cofondateur de la société de production Miramax quelques jours plus tard.

«Je ne savais pas comment m'en débarrasser», a raconté Mimi Haleyi. «Je lui ai dit: vous savez que vous avez une horrible réputation avec les femmes. (...) C'est là qu'il a reculé», avant de quitter l'appartement.

Mardi, Elizabeth Entin a indiqué que sa colocataire de l'époque lui avait raconté son agression peu de temps après les faits présumés.

Après le témoignage de Mimi Haleyi, et celui, la semaine dernière, de l'actrice Annabella Sciorra, la troisième femme très attendue au procès est Jessica Mann. Elle affirme avoir été violée en 2013 par Harvey Weinstein, qui risque la perpétuité.

Dans la même catégorie