/news/society

Vers une pénurie de masques au Québec?

TVA Nouvelles

Signe de l'inquiétude suscitée par le nouveau coronavirus au pays, plusieurs pharmacies éprouvent présentement des ruptures de stock pour les masques de protection. 

• À lire aussi: Le masque, pas forcément efficace  

• À lire aussi: Pour éviter le coronavirus, un conseil simple et gratuit  

TVA Nouvelles a appelé ou s'est rendu, mardi, dans une vingtaine de pharmacies de Montréal, Laval, Longueuil, Châteauguay, Sorel-Tracy et Joliette afin de tenter de se procurer des masques de protection contre la grippe. 

Le constat est le même presque partout: les étagères sont vides depuis quelques jours et il est impossible pour certains pharmaciens d’en commander. 

«Nos fournisseurs sont présentement en rupture de stock. On essaie de demander à nos représentants de nous en envoyer, mais on n'a plus de masques», a expliqué Alexia Chereau, une technicienne de pharmacie chez Uniprix, à Montréal. 

«On n'a plus de masque actuellement [...]. On est anxieux, parce qu'on a entendu qu'il y a eu des morts. C'est ça, surtout, qui provoque l'anxiété chez les gens», a renchéri la pharmacienne Nirvishi Jawaheer, propriétaire d'une succursale de la bannière Jean Coutu sur la rue Jean-Talon, à Montréal. 

Un pharmacien montréalais qui en a encore en stock a même décidé de limiter l'achat à deux boîtes par famille. 

Certains se tournent vers Internet pour se procurer ces masques, mais ils doivent être prêts à payer cher. Entre autres, sur le site Amazon, les prix ont bondi en flèche. 

Les masques peuvent s'avérer efficaces pour ralentir la propagation de la maladie par les patients atteints du virus en limitant la projection de gouttelettes propulsées avec la toux. 

Le Dr Karl Weiss, un microbiologiste spécialisé en maladie infectieuse, ne croit pas que l'achat de masques se justifie pour le moment.  

«On n'est certainement pas dans la même situation que dans la région de Wuhan, en Chine. Je pense que les gens devraient prendre ça avec un grain de sel et ne pas se ruer pour aller acheter des masques», a affirmé ce spécialiste, faisant ainsi écho aux autorités sanitaires qui estiment que le risque de propagation du virus est faible au pays.

Dans la même catégorie