/news/culture

Deux têtes d’affiche de «Fugueuse la suite» à la Berlinale

Marie-Josée R. Roy | Agence QMI

Photo Courtoisie, Encore Télévision

Deux nouveaux visages de «Fugueuse la suite» brilleront à la 70e Berlinale, à la fin février. Alors que Robin L'Houmeau y sera à titre de comédien du film «La déesse des mouches à feu», Jemmy Echaquan Dubé fera partie de la délégation de créateurs qui représentera le Wapikoni mobile.

Après avoir partagé plusieurs scènes pendant le tournage de «Fugueuse» l’automne dernier, Jemmy Echaquan Dubé (Daisy) et Robin L'Houmeau (Yohan) ont réalisé en début de semaine, lors de l’enregistrement d’une édition de «Ça finit bien la semaine» consacrée à la série, qui sera bientôt diffusée à TVA, qu’ils se trouveront en même temps au prochain Festival international du film de Berlin.

«J’ai vraiment hâte, s’est emballée Jemmy Echaquan Dubé en entrevue avec l’Agence QMI. Je n’ai pas vraiment d’attentes, mais j’espère rencontrer des gens qui vont pouvoir m’aider dans mes projets.»

«En plus, je vais rencontrer Robin là-bas! J’ai hâte de le voir dans "La déesse des mouches à feu", car je ne l’ai pas encore vu dans un autre rôle que celui de Yohan», a ajouté la comédienne et réalisatrice de 26 ans.

«Je suis un peu nerveux, a renchéri Robin L'Houmeau, qui interprète le personnage de Kevin dans "La déesse...". Je suis curieux de voir comment se déroule un festival de cette envergure. Je suis excité et curieux, et je pense que je vais passer beaucoup de temps à observer les gens et les paysages là-bas, car je n’ai jamais été en Allemagne.»

Jolie coïncidence, Anaïs Barbeau-Lavalette, réalisatrice de «La déesse des mouches à feu», est la fille de Manon Barbeau, cofondatrice du Wapikoni mobile, avec lequel évolue Jemmy Echaquan Dubé depuis cinq ans.

«Il y a tellement de liens, c’est fou!», s’est enthousiasmée cette dernière.

«C’est clair que Jemmy et moi allons nous rejoindre à un certain moment là-bas, pour marquer notre voyage et notre relation amicale, pour une petite réunion de "Fugueuse"», a ajouté Robin L'Houmeau.

Intérêt international

Jemmy Echaquan Dubé et les sept autres membres de l’équipe du Wapikoni mobile qui feront le voyage bénéficieront d’une importante vitrine à la Berlinale.

L’organisme - qui permet à des Autochtones de tous les âges de s’initier aux rouages du septième art et de concevoir des courts métrages avec des studios ambulants et de l’équipement professionnel, et qui combat l’isolement et le suicide chez les jeunes des Premières Nations -, verra plusieurs de ses productions être diffusées avant les projections principales. La directrice générale Odile Joannette prendra la parole lors d’une soirée pour expliquer la mission du Wapikoni.

«Les gens sont vraiment très intéressés par le Wapikoni, internationalement, a signalé Jemmy Echaquan Dubé. C’est un projet assez révolutionnaire, quand on pense que ç’a été créé en 2003 dans le but d’en apprendre plus sur les Autochtones aux gens qui nous entourent. Les Européens s’intéressent beaucoup aux Autochtones du Québec, sans même se rendre compte qu’ils ont des Autochtones chez eux aussi! (rires)»

«Dans les dernières années, on a aussi eu beaucoup plus de focus sur nous au Québec. C’est extraordinaire de constater cet intérêt, et moi je dis qu’il ne faut pas rater le "momentum" pour pouvoir parler des choses qui nous tiennent à cœur, comme l’environnement et les femmes autochtones», a ajouté l’artiste native de Manawan, dans Lanaudière, qui a été réalisatrice, assistante, coordonnatrice et mentor au Wapikoni.

Tout de suite après la Berlinale, Jemmy Echaquan Dubé se rendra avec une collègue en Hongrie au Festival de la Francophonie de Budapest pour présenter deux de ses films.

Quant à Robin L'Houmeau, il dit ne pas encore avoir vu «La déesse des mouches à feu», qu’il a tourné l’été dernier, avant «Fugueuse», mais se réjouit à l’idée de renouer avec toute la troupe du film, dont la réalisatrice Anaïs Barbeau-Lavalette et l’actrice principale Kelly Dépeault, dans le cadre de la Berlinale.

«Fugueuse la suite» est diffusée le lundi, à 21 h, à TVA. La Berlinale 2020 se tiendra du 20 février au 1er mars. Outre les contenus du Wapikoni mobile et «La déesse des mouches à feu», plusieurs autres œuvres québécoises y seront à l’honneur, dont «My Salinger Year», nouvel opus de Philippe Falardeau, qui assurera l’ouverture du festival, et la série «C’est comme ça que je t’aime», écrite par François Létourneau et réalisée par Jean-François Rivard.