/finance/homepage

Pourquoi Charles Émond est l'homme de la situation

TVA Nouvelles

La nomination de Charles Émond à la tête de la Caisse de dépôt et placement du Québec arrive à point nommé pour que l’organisme se renouvelle, selon un professeur en finances. 

• À lire aussi: La Caisse de dépôt a un nouveau patron 

Selon Robert Pouliot, le successeur de Michael Sabia a une expérience pertinente.   

«Il a géré du portefeuille. Il a une expérience de fusion, d’acquisition et d’évaluation d’entreprises et c’est probablement ce dont on a le plus besoin au Québec», a-t-il affirmé en entrevue à l’émission LCN Maintenant. 

M. Pouliot ajoute que «Charles Émond arrive à un moment critique, un tournant de la Caisse de dépôt».  

Il croit que c’est le moment de repenser la Caisse de dépôt et avance trois axes sur lesquels il faudra travailler.  

«Il est temps enfin qu’on construise une gouvernance indépendante de la Caisse de dépôt», propose M. Pouliot. 

«Il est temps que la Caisse de dépôt intervienne de manière plus active dans les entreprises», dit-il en donnant en exemple SNC-Lavalin et Bombardier.  

Selon le professeur, il est également temps que la Caisse se décentralise. «La Caisse est rendue trop grande, trop grande», martèle-t-il.

Dans la même catégorie