/regional/sherbrooke/estrie

Un survivant du cancer amasse 150 000$ pour la recherche

Agence QMI

Un grand sportif qui est parvenu à traverser huit récidives de son cancer cherche aujourd'hui à aider des chercheurs de l'Université de Sherbrooke à mieux comprendre les effets bénéfiques du sport pour lutter contre les maladies.

Sylvain Poissant, un kinésiologue de 41 ans qui partage aujourd'hui sa passion du baseball en l'enseignant aux enfants, a reçu un premier diagnostic de cancer il y a 14 ans. Depuis, il est parvenu à déjouer les pronostics en traversant de nombreuses rechutes

«J'ai tout le temps cru que ma passion pour la vie était pour être plus grande que la maladie», a-t-il confié à TVA Nouvelles.

Il s'assure aujourd'hui de transmettre sa passion du sport et de la vie à une nouvelle génération. «Nous autres, c'est un trésor d'aller le chercher, un par sa compétence, mais aussi par son désir de vouloir améliorer autrui. [...] Tous les jours, on se demande où il prend cette énergie-là», a affirmé l'entraîneur-chef de l'Académie de Baseball Passion.

Heureux d'avoir survécu à sa maladie, Sylvain Poissant a amassé pas moins de 150 000$ qu'il a remis à la Fondation de l'Université de Sherbrooke. L'argent servira à financer une étude sur les impacts du sport chez des patients atteints de cancer.

«Il faut faire [de l'activité physique], mais le comment est super important», a souligné M. Poissant, qui juge qu'il ne s'entraînait pas de la meilleure façon qui soit compte tenu de son état de santé.

La professeure Éléonor Riesco, spécialisée en science des activités sportives, tentera de jeter un nouvel éclairage sur ce constat. «Il faut vraiment de regarder la réponse immunitaire en fonction des différents types d'exercice qu'on va faire, et de comprendre comment ceci affecte les mécanismes qu'on pense associés à la fatigue et au cancer», a résumé la chercheuse en point de presse, mercredi.

Dix-huit personnes, des hommes et des femmes de plus de 40 ans subissant un traitement en oncologie, seront recrutées pour évaluer les effets de l'activité physique sur leur maladie.

- Avec les informations d'Isabelle Dorais, TVA Nouvelles