/news/politics

CHSLD: «Je n’ai pas de baguette magique», dit Marguerite Blais

Vincent Larin - Agence QMI

La ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais, reconnaît le manque criant de places en CHSLD, mais admet que le problème ne pourra pas se régler du jour au lendemain.  

• À lire aussi: Bond de 20% dans les listes d'attente des CHSLD  

«Je ne suis pas une fée magique avec une baguette. Ce n’est pas l’an prochain que les 2600 places [en maisons des aînés] vont arriver. Je veux être claire, honnête, sincère, mais tous les jours on essaie de trouver des solutions pour aménager le plus possible la faisabilité d’hébergement», a-t-elle indiqué en entrevue jeudi.  

Le nombre de personnes âgées en attente d’une place en CHSLD a bondi de 20 % depuis un an au Québec, et la liste atteint tout près de 3000 noms, a révélé le «Journal de Montréal» jeudi.  

En date du 4 janvier dernier, 2943 aînés attendaient une place en centre d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD), selon les données du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). Ce sont 496 personnes de plus qu’il y a un an, alors qu’ils étaient 2447 (+20 %).  

«On le sait qu’il manque des lits, mais par le passé on n’en a pas développé suffisamment», a indiqué la ministre Blais, en reprochant au précédent gouvernement libéral d’avoir développé «seulement» 285 places en CHSLD en quatre ans.  

Afin de pallier ce problème à court terme, la ministre Blais compte sur la construction des maisons des aînés qui doit débuter «à la fin de l’été ou au début de l’automne» afin d'accueillir 2600 personnes d’ici 2022.  

Aussi, elle rappelle que le temps d’attente pour obtenir une place en CHSLD a diminué de 9 % au courant des derniers mois. Une baisse qu’elle attribue à l’investissement de 280 millions $ supplémentaires du gouvernement dans les services de soins à domicile et qui doit servir d’exemple comme solution au manque de places en CHSLD à long terme.  

«On est la deuxième société au monde après le Japon à vieillir le plus rapidement», a rappelé Marguerite Blais.  

La révision du mode de rémunération des médecins de famille par le gouvernement Legault pourra ainsi leur permettre de se rendre plus souvent chez les patients afin d’éviter à ceux-ci d’avoir à être déménagés en CHSLD, espère-t-elle.  

«Il y a un changement de culture organisationnelle qui doit se faire», a dit la ministre Blais.  

«La clé du succès, c’est vraiment de garder les aînés à domicile le plus longtemps possible dans leurs villes et dans leurs villages», a-t-elle conclu.

Dans la même catégorie