/news/politics

Le Parti québécois ne désespère pas

TVA Nouvelles

Malgré la lune de miel que vit la Coalition Avenir Québec (CAQ), le Parti québécois est déterminé à prendre sa place lors de la prochaine session parlementaire. 

Les neuf députés du parti, qui forment la troisième opposition à l’Assemblée nationale, étaient réunis à Sherbrooke en caucus présessionnel. Lucides quant à la lourde tâche qui les attend, ils comptent sur la course à la direction pour faire parler d’eux. 

Néanmoins, l’excellente performance du gouvernement Legault dans l’opinion des Québécois rendra leur travail plus difficile. Plusieurs sont ceux à compter sur des erreurs stratégiques, telles celles qu’on a vues à l’automne, pour rallier les partisans. 

«Toutes les lunes de miel sont cassables. On a senti une improvisation, on a senti une précipitation», estime Sylvain Gaudreault, député et candidat à la direction du PQ. Véronique Hivon déplore aussi «énormément d’improvisation, un grand manque de profondeur, et pas de réponses à [leurs] questions». 

La course à la direction du Parti québécois prendra officiellement son envol ce samedi, à Montréal, à l'occasion de ce que le parti a appelé «une conférence de coordination». 

Le député Sylvain Gaudreault et de l’avocat Paul St-Pierre Plamondon ont déjà annoncé leur candidature. D’autres candidats pressentis, tels l'avocat en immigration Stéphane Handfield ou encore l'humoriste Guy Nantel pourraient annoncer leurs couleurs pendant la fin de semaine. 

Dans la même catégorie