/finance

Les pubs du Super Bowl arrivent!

TVA Nouvelles

Elles sont très attendues, souvent même plus que le match lui-même, mais elles sont enfin de retour!   

Les fameuses publicités du Super Bowl ont commencé à se retrouver un peu partout sur internet vendredi.   

D’année en année, les annonceurs continuent leur «compétition» pour faire ressortir leur publicité du lot.   

  

Mais à quel prix? Une modique somme de 5,6 M$ pour obtenir 30 secondes de temps d’antenne! Près du double du montant exigé d’il y a une douzaine d’années.   

Au total, les publicités du Super Bowl pourraient générer environ 400 M$ cette année.   

  

Ce n’est rien par contre pour faire peur aux entreprises. Toutes les cases publicitaires disponibles sont vendues depuis le mois d’octobre.   

Nombreux habitués comme les Budweiser, Coca-Cola et Doritos de ce monde sont de retour pour une énième fois, mais certaines nouveautés s’invitent dans la danse, notamment Facebook.   

  

 

  

La créativité sera certainement au rendez-vous, mais Pepsi a voulu sortir du lot en faisant un pari audacieux. Si le score final devait se terminer par un zéro (par exemple 27-0), la multinationale offrira des Pepsi Zéro à tous les Américains.   

  

Surprise : la politique s’invite cette année au Super Bowl. Le président américain Donald Trump et le candidat à l’investiture démocrate Michael Bloomberg diffuseront tous deux une publicité durant le match.   

Les deux hommes misent gros et ne s’offrent rien d’autre qu’un segment de 60 secondes!   

«À ce prix-là, dans les deux cas, on estime que c’est une façon remarquable de rejoindre l’ensemble des électeurs potentiels», explique Luc Dupont, professeur au département de Communications de l’Université d’Ottawa.   

«Le danger, dans un cas comme dans l’autre, c’est que vous êtes bien sûr avec les amis, tantôt qui votent d’un côté, tantôt qui vote de l’autre, et puis vous avez cette publicité-là qui risque sommes toute de divisé le salon, le bar ou le sous-sol», ajoute M. Dupont.   

Luc Dupont ne s’avance pas sur le succès – ou pas – de la stratégie. Il faudra attendre au lendemain du Super Bowl pour évaluer la situation.