/news/currentevents

Motoneigistes tombés dans le lac Magog : «Mon chum m’a sauvé avec son courage»

TVA Nouvelles

Sans le courage de son ami qui s’est élancé sur la glace du lac Magog pour lui porter secours, un des motoneigistes tombés à l’eau samedi soir ne serait peut-être plus là aujourd’hui.        

«La glace bougeait en dessous de moi, ça craquait, tout le monde criait, "vas-y pas, vas-y pas". Mais je ne pouvais pas le laisser là», se rappelle Keven Gagnon, qui a secouru son ami Kevin Beauchesne en rampant sur la glace pour lui lancer un câble.         

• À lire aussi: Six motoneigistes survivent après être tombés dans un lac  

• À lire aussi: «Ça ne gèle jamais dans ce coin-là», dit un résident  

Réunis dans une cabane à pêche, le groupe s’est lancé dans la mauvaise direction à son départ.        

«J’ai averti tout le monde à la cabane», raconte Keven Gagnon. Selon lui, il leur avait bien dit de ne pas aller tout droit, mais plutôt de prendre à gauche.        

Selon ce qu’il raconte, les motoneigistes, qui ne connaissaient pas le lac, étaient pressés de partir et n’ont pas écouté ses directives. «J’essayais de les rattraper, je disais "allez pas là", se souvient-il. Et puis, à un moment donné, j’ai vu tout le monde qui revolait, le monde criait au meurtre».        

Vigilance des voisins       

Voyant les motoneigistes se diriger tout droit vers l’eau, des voisins habitant sur les berges du lac ont immédiatement appelé les secours.        

«Il y a des résidents qui ont appelé. Ils voient ça au moins une fois par année», affirme Marie Labranche qui faisait également partie du groupe de motoneigistes.         

Les voisins ont aussi accouru pour aider à sortir les motoneigistes de l’eau. D’autres ont ouvert leurs portes pour accueillir les motoneigistes qui avaient froid.        

Deux d’entre eux ont été transportés à l’hôpital pour traiter des engelures. Ils seraient restés respectivement 25 et 10 minutes à l’eau.        

Sentiers fermés       

Les droits de passage de plusieurs sentiers du secteur de Sherbrooke et Magog n’ont pas été accordés cette année. Le groupe de motoneigistes a donc choisi de passer sur le lac pour aller rejoindre les pistes.        

«Ils nous ferment tout le temps l’accès à plusieurs endroits. On n’a plus le choix, on doit passer sur le lac pour aller rejoindre le sentier», a affirmé l’un d’entre eux.        

«Faut ouvrir les sentiers, on n’a pas de place pour en faire», a pour sa part ajouté Keven Gagnon.  

Dans la même catégorie