/news/currentevents

Sauvés par leur combinaison de flottaison

Jean-François Desbiens | TVA Nouvelles

Trois des motoneigistes tombés dans les eaux glaciales du lac Magog samedi en soirée sont persuadés que, s'ils sont sortis indemnes de cet accident, c'est grâce aux vêtements de motoneige qu'ils portaient.

• À lire aussi: Motoneigistes tombés dans le lac Magog : «Mon chum m’a sauvé avec son courage»  

• À lire aussi: Lac Magog : «S’il vous plaît, ne vous aventurez pas sur un lac sans le connaître»  

• À lire aussi: Six motoneigistes survivent après être tombés dans un lac  

Contrairement à d'autres des motoneigistes également tombés à l’eau, mais ayant dû attendre les secours pendant une vingtaine de minutes, les manteaux et pantalons portés par Marie, Valérie et Jason étaient munis d'une membrane de flottaison. C'est, selon Jason Armstrong, ce qui leur a permis de sortir par leurs propres moyens de leur fâcheuse position.

«C'est comme si nos vêtements se sont gonflés soudainement. L'eau s'évacuait de nos combinaisons et nous flottions à la surface», a-t-il expliqué à TVA Nouvelles.Imperméables, ces vêtements fabriqués par le manufacturier FXR, permettent en effet à l'eau de s'évacuer et à une personne de flotter et se maintenir à la surface pendant près de deux heures.

Ces habits de motoneige gagnent en popularité depuis cinq ans, les cas de noyade qui surviennent chaque hiver sur les cours d'eau y étant probablement pour quelque chose.

L'ensemble, manteau et pantalon, coûte entre 700 et 800 $, soit environ 150 à 200 $ que les combinaisons régulières.

«C’est des mesures de prévention, c’est peut-être un message à envoyer à tout le monde», a aussi expliqué Jason Armstrong à l’émission «Québec Matin», plus tôt, lundi. M. Armstrong fermait le peloton à l’arrière pendant la randonnée et qui s’est retrouvé à l’eau comme d’autres membres du groupe duquel il faisait partie.

Samedi soir, alors qu’ils venaient de se reposer dans une cabane à pêche sur le lac Magog, le groupe de motoneigistes a repris son chemin en passant dans un secteur où la glace ne se forme pas, soit à l’embouchure de la rivière du même nom. Résultats : six parmi la dizaine de motoneigistes du groupe sont tombés à l'eau avec leurs engins. Deux ont souffert d’hypothermie.

Dans la même catégorie