/finance/homepage

Bombardier en pourparlers pour vendre sa division d'avions d'affaires

Sylvain Larocque et TVA Nouvelles

En difficultés financières, la multinationale québécoise Bombardier discuterait avec l'américaine Textron de la vente de sa division d'avions d'affaires, rapporte mardi le Wall Street Journal.      

Le réputé journal américain rapporte que les discussions entre les deux joueurs se déroulent depuis plusieurs semaines, mais qu’elles n’aboutiront pas nécessairement à une entente.    

Bombardier mène ces discussions avec Textron en parallèle avec celles amorcées l'été dernier avec la multinationale française Alstom pour la cession de sa division ferroviaire.   

Selon le journal, Bombardier voudrait ainsi s'assurer de vendre au moins une de ses divisions avant une échéance pour le remboursement d'une tranche de sa dette, l'an prochain.   

L'entreprise traîne une dette de plus de 9 milliards $ US. Bombardier Aviation compte au moins trois usines dans la région de Montréal, dont celles où sont assemblés le Challenger et où est effectuée la finition intérieur du Global.   

Ces pourparlers avec Textron représentent en quelque sorte un constat d’échec pour Bombardier. Il y a seulement un an, le PDG de la multinationale, Alain Bellemare, confiait en entrevue à TVA Nouvelles que l’avenir de l’entreprise passait par les avions d’affaires, dont le jet Global 7500, grâce à des marges de profits extrêmement intéressantes.  

Autant le ministre de l'Économie Pierre Fitzgibbon que le premier ministre François Legault ont voulu se montrer rassurant, mardi, quant à l'avenir du fleuron québécois.  

«Je vais tout faire pour garder le maximum d’emplois au Québec autant dans la partie aéronautique que ferroviaire», a promis M. Legault.  

«De dire que c’est fini, je pense que c’est un peu sévère. Est-ce que Bombardier peut survivre avec les trois entreprises comme en ce moment, la réponse c’est non», a de son côté tranché le ministre Fitzgibbon.  

Textron est un géant américain de l'aéronautique basé au Rhode Island qui est entre autres propriétaire des avions de marque Cessna et Beechcraft, de même que des hélicoptères Bell.   

Bombardier n'a pas confirmé être en discussions avec Textron. En Bourse, l'action de Bombardier a bondi de plus de 10%.

Dans la même catégorie