/news/politics

Le pétrole et la péréquation de Jason Kenney

TVA Nouvelles

Dans une grande entrevue avec Mario Dumont, le premier ministre de l’Alberta Jason Kenney fait valoir l’importance de pouvoir exploiter les ressources pétrolières de sa province et de les vendre sur le marché international. Il en va de la prospérité des Canadiens et des Québécois qui reçoivent des milliards de dollars en péréquation a-t-il rappelé à de nombreuses reprises lors de son entretien       

Mario Dumont: L’Alberta fait face à des défis économiques   

Jason Kenney: Comme vous le dites, l’Alberta fait face à des défis économiques, mais le Québec profite de la prospérité de l’Alberta depuis longtemps. Nous versons environ 20 milliards de dollars au reste de la fédération par année. Les Québécois sont des partenaires dans la prospérité avec les Albertains.       

  

  

M.D. Les Québécois ne veulent pas entendre ça et on entend que l’Alberta profite de subventions à son industrie pétrolière   

J.K. Il n’y a aucune subvention de l’industrie pétrolière, ce sont des déductions des taxes coopératives. (...) Le Québec reçoit 13 milliards de dollars de péréquation. Les Albertains sont généreux. Tout ce que nous demandons, c’est la capacité de vendre nos ressources aux marchés internationaux. Si le Canada ne vend pas notre pétrole aux marchés internationaux, les dictateurs de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEC), les Saoudiens, les Vénézuéliens, les Iraniens, les russes, ils vont dominer le marché. Ce n’est pas bon au plan environnemental, pour les droits de la personne ni la sécurité internationale.       

 M.D. Quand on demande dans les sondages aux Québécois s’ils préfèrent acheter le pétrole canadien plutôt que le pétrole étranger, on a l’impression qu’ils disent plus oui que les leaders politiques québécois...  

J. K.Si le Québec veut la péréquation, permettons-nous de développer le réseau qui paie les frais de péréquation.       

M. D. Vous parlez d’un pipeline? On pourrait convaincre les Québécois avec Énergie Est?  

J. K. Oui. Les Québécois comprennent que c’est mieux l’énergie canadienne que l’énergie étrangère. Votre premier ministre Legault est en faveur des gaz liquéfiés naturels parce que ça va diminuer les gaz à effet de serre à l’échelle globale. Au Québec, vous devez commencer à développer vos ressources naturelles.       

  

  

WEXIT   

M. D. Le WEXIT, le mouvement séparatiste en Alberta, c’est sérieux ou pas?  

J. K. Pas un parti sérieux comme Parti québécois, mais dans les sondages, 30% de la population s’est exprimée en faveur du principe de la séparation de la fédération canadienne.      

  

  

M. D. Vous en pensez quoi?  

J. K. Je suis Canadien et fédéraliste. Trois quarts de la population a une certaine sympathie envers le mouvement séparatiste, mais il y a une frustration dans notre province.      

M.D. Pourquoi, ils sont frustrés?  

J. K. Parce qu’ils disent que nous n’avons aucune justice économique. Le fédéral a tué l’oléoduc du Northern Gateway. Certains gouvernements provinciaux s’essaient à bloquer notre énergie, mais ils veulent tous profiter de notre énergie.      

Des gens ont perdu leur maison, leur entreprise, sont chômeurs depuis cinq ans de récession ou de stagnation économique. Mon gouvernement a un déficit de 8 milliards de dollars alors que vous avez la péréquation et vous profitez.       

L’Alberta a aidé tous les pays. Nous ne demandons que de vendre nos ressources responsablement aux marchés internationaux.     

Legault, Trudeau et course à la direction du PCC   

M. D. Comment voyez-vous François Legault?  

J. K. Je m’entends bien avec lui. J’ai adressé à M. Legault et aux Québécois un message en français lors de ma victoire en avril pour lui dire que le Québec et l’Alberta sont des alliés historiques dans la vision originale de la constitution. Je suis un allié de M. Legault.   

M.D. Que pensez-vous de M. Trudeau?  

J. K. C’est le premier ministre le moins populaire dans l’histoire de l’Alberta y compris son père. Il a perdu tous les sièges en Alberta, car les Albertains croient qu’il est carrément contre nos intérêts économiques.    

M. D. Plusieurs candidats se sont retirés de la course à la direction du Parti conservateur du Canada. Votre nom circule encore.  

J. K. Mon français est pénible et je suis engagé comme premier ministre. Les défis sont beaucoup trop grands en Alberta (pour quitter son poste).   

M. D. Faut-il être bilingue?  

J. K. Il faut être bilingue pour être leader national et premier ministre du Canada.