/regional/estduquebec/gaspesie

Pas de chirurgien à Matane jusqu’au 10 février

Katia Laflamme | TVA Nouvelles

Les résidents de la Matanie n’ont pas accès à un chirurgien pendant une semaine, jusqu’au 10 février. Conséquemment, les chirurgies urgentes sont transférées à l’hôpital de Rimouski, sur une distance de 100 kilomètres. 

Cette rupture de service ne touche pas le département d’obstétrique puisqu’une gynécologue a accepté de venir couvrir la semaine de garde. Les femmes peuvent ainsi accoucher à Matane. 

Le départ à la retraite à la fin de l’année de l’un des trois chirurgiens de l’hôpital cause cette découverte. Le Centre intégré de santé et des services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent a confirmé être en processus de recrutement pour le remplacer. 

Le directeur des services professionnels Dr Jean-Christophe Carvalho a précisé que le dossier chemine. «Il y a quelques dossiers qui ont été analysés, a-t-il dit. Il s’agit de trouver le chirurgien qui peut donner un bon service dans la Matanie, pour être capable de ramener les services à la hauteur de ce qu’ils étaient.» 

Cette rupture de service survient deux mois après la signature d’une entente entre le gouvernement du Québec et la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) qui devaient permettre de régler le problème en chirurgie et en gynécologie dans tous les hôpitaux du Québec. 

La FMSQ a souligné que la mise en place de cette entente se fait de façon progressive jusqu’au 1er avril 2020, expliquant que lors de la signature, plusieurs spécialistes qui figurent sur les listes de garde pour remplacer dans les hôpitaux régionaux, avaient déjà des engagements pour les premiers mois de l’année. 

Le député de Matane-Matapedia, Pascal Bérubé, déplore cette rupture de service en chirurgie. Il suggère au CISSS de dépêcher un chirurgien de l’hôpital de Rimouski à Matane pour cette semaine au lieu de transférer tous les patients. 

«La distance entre Matane et Rimouski, c’est exactement la même distance qu’entre Rimouski et Matane», a-t-il indiqué.