/regional/troisrivieres

De l’aide pour sa famille en Chine

TVA Nouvelles

Un homme d'affaires de Trois-Rivières multiplie les efforts depuis plusieurs jours, afin de faire parvenir du matériel médical en Chine. 

Son épouse est d'origine chinoise et le couple veut faire sa part dans la lutte au coronavirus.

Yun Liam Ma est à des milliers de kilomètres de sa famille qui habite à proximité de Shanghai, où ils sont confinés en raison du coronavirus.

«Aujourd'hui, j’ai parlé avec ma soeur. Toutes les deux, on a pleuré beaucoup, dit-elle. On sait dit qu’on n’a jamais vécu la guerre. On voit beaucoup de films de guerre. Le mot, c'est la peste. On ne savait pas ce que c'était exactement. Maintenant, on sait c'est quoi, la peste.»

La sœur Yun Liam Ma est professeure d'université. Elle fait partie d'un groupe d'enseignants et d'employés du gouvernement chinois qui amasse des dons en argent pour acheter du matériel médical qui sera distribué aux hôpitaux.

Depuis Trois-Rivières, une cellule d'aide se met en place.

À l'unité, en boîte, puis en marchandise qui s'empile sur des palettes pour la prochaine cargaison.

Masques, cagoules, lunettes et thermomètres à infrarouge sans contact sont demandés là-bas.

L’autre défi de taille: faire parvenir le tout le plus rapidement possible. Puisque des dizaines de compagnies aériennes internationales ont cessé leur liaison avec la Chine continentale, dont Air Canada.

«La semaine passée, on a commencé à les envoyer par FedEx. Une boîte de cette grandeur-là, FedEx peut charger environ 120,130$ pour l'envoyer. Maintenant, pour la même boîte, c'est rendu 200$», explique Yvon Bourassa, mari de Yun.

Le couple indique avoir environ 200 boîtes à livrer. Il en coûterait près de 40 000$ pour les envoyer.

En 10 jours, ils ont acheté pour 190 000$ de produits.

Le tiers est déjà rendu, mais maintenant, le couple tente désespérément de trouver une façon pour envoyer le reste.

Dans la même catégorie