/news/society

Deux profs mettent en demeure quatre élèves

Amélie St-Yves | Journal de Montréal

STOCKQMI-ÉCOLE

JOEL LEMAY/24H MONTREAL/AGENCE QMI

Deux enseignants d’une école secondaire des Laurentides sont tellement à bout du manque de respect de certains élèves qu’ils ont envoyé une mise en demeure à quatre d’entre eux. 

Le 29 novembre dernier, un jeune de 18 ans au parcours académique pénible serait allé faire imprimer des chandails personnalisés au Carrefour du Nord à Saint-Jérôme.      

Il y aurait fait inscrire le nom d’un enseignant, le verbe « suce », puis aurait fait ajouter une grosse photo d’un autre professeur de son école, selon le président du syndicat de l’enseignement de la Rivière-du-Nord, Christian Aubin.     

« Ce n’est pas une simple insulte. C’est un geste prémédité », mentionne-t-il.     

Le jeune de 18 ans et ses trois amis mineurs se seraient ensuite baladés au centre commercial accoutrés de la sorte, tandis qu’un ancien élève a reconnu le visage de son enseignant sur les t-shirts et a pris la scène en photo.     

Moqueries 

Le lundi suivant, l’ambiance était à la moquerie dans la classe d’un des enseignants concernés, et la direction a découvert que les adolescents avaient récidivé en portant le t-shirt sous leurs vêtements obligatoires.     

La Commission scolaire Rivière-du-Nord a imposé trois jours de suspension à chacun des élèves, pour les gestes commis à l’école.     

Les enseignants ont été outrés de voir les quatre élèves revenir en classe si rapidement, particulièrement celui de 18 ans, qui n’en est pas à ses premiers déboires. Ils auraient souhaité qu’il soit envoyé aux adultes pour terminer ses études.     

« On est tannés qu’on banalise la violence physique et psychologique », mentionne M. Aubin.     

Dignité  

Dans ce contexte, les deux enseignants plaignants dans cette affaire ont envoyé une mise en demeure au jeune de 18 ans, et aux parents des trois mineurs, pour atteinte à la dignité et à la réputation, moyennant une somme d’argent gardée confidentielle.     

« Les profs ne sont pas là pour faire une passe d’argent, mais pour dire qu’ il y a une ligne qui a été transgressée et que ça suffit. Moi, comme président du syndicat, je suis d’accord avec eux », poursuit M Aubin, refusant de dévoiler l’identité des professeurs ou de l’école concernée.     

Si le litige n’est pas réglé d’ici vendredi, les mises en demeure pourraient se transformer en poursuite civile devant les tribunaux, et le syndicat pourrait défrayer une partie des coûts.      

« Les enseignants vont aller devant les tribunaux, s’il le faut. Quand c’est exagéré. Moi je pense qu’il faut mettre un pied à terre, et cette situation-là est un exemple », termine M Aubin.     

La commission scolaire Rivière-du-Nord n'a pas voulu commenter, assurant que tout était en place pour protéger les élèves et membres du personnel.