/regional/montreal/laurentides

Trois jeunes femmes auraient volé de l’essence à répétition

Jonathan Tremblay | Le Journal de Montréal

1. La jeune femme aux cheveux blonds a été aperçue à une occasion avec une camisole noire, un pantalon de jogging gris et des sandales, et une autre fois avec une robe noire. 2. Sa complice alléguée utilise un foulard pour se couvrir le visage. 3. La troisième jeune femme s’est caché derrière une imposante paire de lunettes.

Photo tirées de la page Facebook Ville Mont-Tremblant

1. La jeune femme aux cheveux blonds a été aperçue à une occasion avec une camisole noire, un pantalon de jogging gris et des sandales, et une autre fois avec une robe noire. 2. Sa complice alléguée utilise un foulard pour se couvrir le visage. 3. La troisième jeune femme s’est caché derrière une imposante paire de lunettes.

Un trio de jeunes femmes aurait dérobé pour plusieurs centaines de dollars en essence dans diverses stations-service des Laurentides au cours des derniers mois.    

Les complices d’une vingtaine d’années auraient développé ce qui semblait être un ingénieux stratagème afin d’éviter de se faire reconnaître sur les caméras de surveillance, ou encore que la plaque d’immatriculation de leur voiture soit vue.     

« Elles avancent en duo et se positionnent à la pompe de façon à camoufler la plaque. La passagère descend et fait le plein tandis que la conductrice reste assise derrière le volant. Puis, elles déguerpissent rapidement à reculons », explique Éric Cadotte, porte-parole de la police de la Ville de Mont-Tremblant.     

La main sur la pompe  

Depuis septembre, le trio d’amies aurait sévi au moins à cinq ou six reprises dans une station Shell, rue Saint-Jovite, à Mont-Tremblant, dont le 28 janvier en après-midi.     

Plus tôt cette semaine, la Ville a diffusé des photos des cambrioleuses alléguées prises sur le fait.     

« Des vols de gaz, il y en a souvent. Mais elles revenaient et on sentait leur sentiment d’impunité. C’est pourquoi on a décidé de les rechercher en partageant des images des bandes vidéo », poursuit l’agent Cadotte.     

Sur celles-ci, on voit l’une d’elles portant un long foulard camouflant son visage. L’autre a les cheveux blonds et revêt une robe noire ou des pantalons de jogging gris. Et la troisième arbore de grandes lunettes cachant ses yeux.     

Trois véhicules  

Les larcins, d’une quarantaine de dollars chaque fois, auraient été commis avec trois véhicules, une Hyundai Accent, une Chevrolet Cruze et une Toyota Corolla, toutes de couleur grise.     

Les enquêteurs au dossier ont réussi à identifier les suspectes grâce aux médias sociaux et traditionnels.     

« C’est carrément en raison de la collaboration du public qu’on a pu les retracer », affirme le policier.     

Ailleurs dans la région ?  

Jusqu’à présent, l’une d’entre elles s’est présentée au poste de police afin de parler avec les autorités. Une seconde devrait être rencontrée lundi, et la dernière reste toujours à joindre.     

Aucune accusation n’a été portée contre les trois jeunes femmes, qui sont actuellement considérées comme des suspectes.     

« Mais il est fort probable qu’elles aient agi de la sorte ailleurs dans les Laurentides, dit l’agent Cadotte. On invite les propriétaires qui croient avoir été victimes du trio à communiquer avec leur service de police locale. »     

La preuve accumulée par la police sera remise au Directeur des poursuites criminelles et pénales, qui devra déterminer si des accusations seront portées contre les contrevenantes. Elles pourraient être accusées de vols de moins de 5000 $.