/regional/troisrivieres/mauricie

Une retraitée paie cher son retour au travail

Patricia Hélie | TVA Nouvelles

Christiane Dargis a beau calculer et recalculer, le résultat est le même : elle doit beaucoup d'argent à son régime de retraite. 

«Je dois rembourser 60% du montant de ma pension», dit-elle.

Elle s'est retirée du réseau de la santé en décembre 2018. Elle était préposée aux bénéficiaires. 

Moins d'un an plus tard, elle décide de retourner au travail quelques jours par semaine. Après trois mois à travailler en CHSLD, elle apprend que plutôt que d'avoir un revenu d'appoint, elle devra rembourser les prestations de retraite reçues. 

Résultat : elle doit davantage que ce qu'elle a gagné. «C'est comme si je devais tout ce que j'ai gagné, plus 25% en pénalité», déplore Mme Dargis.

Pourtant, en mars 2019, le gouvernement annonçait une série de mesures devant inciter les travailleurs expérimentés à revenir en emplois. Mais les retraités ne font toujours pas la file. 

«Ce n'est pas une mesure qui a beaucoup de succès», confirme Louis Brunelle, directeur des ressources humaines au Centre intégré universitaire de santé et services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec (CIUSSS).

Mais le cas de Mme Dargis est particulier. Au début de sa carrière comme préposée aux bénéficiaires, Mme Dargis a contribué au Régime de retraite des employés du gouvernement et des organismes publics (REGOP). 

Ensuite, comme cadre pendant 17 ans, elle a plutôt cotisé au Régime des rentes du personnel d'encadrement (RRPE). C'est ce régime qui lui paie présentement une pension. Et c'est là tout le problème. 

«La CARRA (Commission administrative des régimes de retraite et d'assurances) m'a répondu que ça ne s'appliquait pas dans le RRPE, le retour au travail. Ça s'applique seulement dans le régime de REGOP», indique Christiane Dargis.

Pour elle, alors que le réseau de la santé traverse une crise majeure, cette règle ne tient pas la route. Elle a d'ailleurs remis sa démission.