/finance

14 trucs pour faire son épicerie à petit prix

Myriam Lefebvre | Agence QMI

Man pushing shopping cart in the supermarket aisle

Davizro Photography - stock.adobe.com

Nouvelle décennie, nouveaux prix à l’épicerie. On apprenait récemment qu’en 2020, les Canadiens subiraient l’une des pires augmentations du coût des aliments des 10 dernières années, soit une hausse d’environ 500 $ pour une famille moyenne. Une situation qui n'est pas facile pour les budgets serrés.

Peste porcine, changements climatiques; les raisons pour lesquelles ton panier coûtera plus cher cette année sont nombreuses. Mieux vaut donc se préparer tout de suite. Au concours des aliments à prioriser? Selon la directrice générale du Dispensaire diététique de Montréal (DDM), Jackie Demers, les poissons en conserve, les légumineuses et les fruits et légumes ont les meilleurs rapports qualité-prix.

Autrement, voici quelques conseils à garder en tête pour économiser au supermarché.

Le moins transformé, le mieux

Truc #1 de Jackie Demers, il faut éviter les produits transformés. «Ce n’est pas le truc qui demande le moins d’efforts, mais on ne paie pas les personnes qui ont transformé, on ne paie pas toute l’industrie qu’il y a derrière ce qu’on met dans notre assiette et on s’assure de la qualité des aliments qu’on consomme», dit-elle.

Mets cuisinés sur place, plats surgelés, biscuits et gâteaux, sauces à spaghetti: évite donc d’acheter ce que tu peux faire toi-même. Salades en sacs, carottes râpées, ananas découpé; il en est de même pour ces produits, même s’ils en sont à la première étape de leur transformation.

Prendre conscience de son gaspillage

«Ce qui coûte le plus cher en cuisine, c’est ce qu’on ne consomme pas et qu’on jette à la poubelle. Il faut vraiment planifier ses achats dans une perspective de prévention du gaspillage», explique la directrice générale du DDM.

Des légumes vieillis à transformer en potage? Des fruits à inclure dans une recette de muffins pour les déjeuners? Des aliments à congeler? Il y a moyen d’agir avant de laisser aller ses restes au compostage.

Les quatre saisons

Acheter ses produits selon la saison, surtout lorsqu’il est question de fruits et légumes, te fera économiser beaucoup. «La clé, en saine alimentation, c’est la variété. On peut donc voir ça comme un avantage, ça nous pousse à la variété», croit la nutritionniste de formation.

La base, c’est le budget

On ne le répète jamais assez: se faire un budget et le respecter est vraiment la base d’une bonne maîtrise financière. En déterminant un montant pour ton épicerie par semaine ou par mois, tu sauras si tu peux te permettre un petit excès ou si tu dois plutôt couper dans les dépenses superflues.

Allô les «Family Pack», adieu les emballages individuels

Si tu as la possibilité de congeler ou de garder certains aliments en plus grande quantité, les paquets familiaux s’avèrent très souvent avantageux.

À l’inverse, les articles emballés individuellement comme les petits pots de yogourt ou les biscuits en sachets sont moins rentables à l’achat. Prévois tes sacs de collations maison et verse ton yogourt dans des plats de plastique!

Vive les marques maison!

On constate bien rapidement sur les étalages que les compagnies maison, comme Le choix du président, Sans nom, Great Value ou Sélection, offrent très souvent des prix moins élevés... pour sensiblement le même produit et la même qualité. Inutile de payer pour l’emballage!

Un peu de jardinage

Si tu as une cour arrière ou encore la possibilité d’entretenir quelques bacs à fleurs sur ton balcon, pense à cultiver tes propres fines herbes durant l’été. Tout est toujours meilleur quand ça vient du jardin!

Ventre plein ira loin

Rien de pire que d’aller au supermarché le ventre vide! De quoi donner envie de tout acheter! Une bonne collation avant de partir et hop, tu auras l’esprit plus clair pour faire des courses raisonnables et ne pas tomber dans l’excès ni le superflu.

La liste, c’est la liste

À moins d’un oubli important sur ta liste d’emplettes, essaie de ne rien ajouter quand tu défiles dans les allées. Ça te permettra de ne pas déroger de ton budget et de ne pas te procurer de nouvelles céréales alors que tu as oublié que deux boîtes sont déjà ouvertes dans ton armoire.

Vive le vrac!

Le vrac est non seulement une façon écoresponsable de consommer, mais il te permet aussi de mettre les portions exactes dans ton panier. «Ça permet aux gens seuls d’acheter les quantités dont ils ont vraiment besoin», explique Mme Demers.

Bons différés, couponnage, cartes de fidélité et autres spéciaux

Demander un bon différé sur un article au rabais ou en rupture de stock, ça peut te faire économiser quelques dollars. Si tu vas toujours à la même épicerie et qu’elle propose une carte de fidélisation, celle-ci te permettra aussi d’obtenir des rabais. Avec quelques démarches, tu peux assurément sauver beaucoup avec ces petits bouts de papier!

La fameuse date de péremption

Ne t’affole pas pour une journée! Habituellement, sauf s’il s’agit de protéines animales, tu peux très bien consommer un aliment quelques jours après la date de péremption indiquée sur son emballage. Ta vie n’est pas en péril!

Plus de protéines végétales

Légumineuses, tofu, noix: selon Jackie Demers, les protéines végétales peuvent faire des petits miracles. Cela dit, il faut aussi faire attention aux produits alternatifs à la viande.

«Les produits de fausse viande, les produits alternatifs à la viande qui sont à base de protéines, eux ne sont pas des sources de protéines recommandées au niveau nutritionnel à faible coût. Pour la même quantité, souvent, c’est bien plus cher que l’équivalent en viande», met-elle en garde.

Shampoing et savon à la pharmacie

En voulant sauver du temps et tout acheter en même temps, tu paieras bien plus cher tes produits pharmaceutiques en les prenant à l’épicerie. Le petit détour à la pharmacie vaut la peine!

À consulter: le Dispensaire diététique de Montréal propose un guide qui permet de déterminer, à l’aide des prix de repères, le montant à accorder à chaque catégorie d’aliments dans votre panier.