/regional/quebec/quebec

Un homme s'effondre en déneigeant son toit

TVA Nouvelles

Un homme de Québec a été victime d’un malaise alors qu’il déneigeait la toiture de la résidence familiale.

Il pelletait des dizaines de centimètres de neige reçus au cours des derniers jours.

C'est une voisine témoin de la scène qui a alerté les services d'urgence.

Des manoeuvres de réanimation ont été tentées à l’arrivée des ambulanciers. Il a été transporté à l'hôpital dans un état critique.

Les chercheurs de l'Université de Montréal font un lien très clair entre les chutes de neige et les malaises cardiaques.

D'ailleurs, après deux journées de neige consécutives, 20% plus de gens décèdent de crise cardiaque dans les hôpitaux.

L’Escouade de retour sur les toits

Avec la bordée de neige reçue au cours des derniers jours, l'Escouade de neige était de retour sur le toit du château Frontenac. 

«C'est de la glace qui se forme ici. Il y a beaucoup de glace qui se forme aussi sur le dessus. Le problème, c'est qu'il y a un réchauffement qui s'annonce. Avec le réchauffement, ça commence à tout tomber», raconte Noah Boudreau-Richard de l’Escouade. 

Une opération complexe, compte tenu du nombre de touristes qui sont au centre-ville pour participer au Carnaval. 

On comprend l'importance de bien déneiger les bâtiments commerciaux. Mais sachez qu'à Québec, si votre maison a un toit en pente et qu'elle est située à moins de 3 mètres de la rue et que vous ne déneigez pas, vous pourriez écoper d'une amende variant de 300 à 4000 dollars. 

Vous pouvez engager un spécialiste ou le faire vous-même, mais attention: il faut être prudent. 

«Si on travaille avec les bras, en fait, on travaille avec le dos et ça devient vraiment dangereux de se blesser», explique M. Boudreau-Richard. 

«Ce qu'on veut, c'est vraiment venir avec les genoux puis avec le tronc. On fait une rotation quand on envoie la neige, au lieu d'y aller avec les bras», ajoute-t-il. 

Et surtout, ne pas négliger l'importance de prendre des pauses pour éviter de trop se fatiguer.