/sports/homepage

Cheerleaders: pirouette arrière des Alouettes

TVA Sports

Depuis le début de la nouvelle ère, les Alouettes ont souvent parlé de l’importance d’écouter davantage leurs partisans. Ils l’ont prouvé, lundi, alors qu’ils ont annoncé le retour de leur équipe de meneuses de claque. 

La semaine dernière, la formation montréalaise a provoqué un tollé chez ses partisans en décidant de mettre fin aux activités de l’escouade dirigée par Annie Larouche. 

L’organisation avait évoqué des motifs financiers pour expliquer sa décision. On a alors appris que le budget des meneuses de claque était supérieur à 100 000 $, dont une partie était consacrée à leur participation à la semaine de la Coupe Grey. 

 

Après des centaines de réactions des amateurs, le président Mario Cecchini est revenu sur sa décision. Il l’a annoncé à Larouche lors d’une rencontre lundi matin. 

«Je suis au paradis de savoir que l’équipe de cheers reviendra, a mentionné Annie Larouche lors d’une entrevue avec le Journal de Montréal. Lors de ma rencontre avec notre président, il a mentionné qu’il avait promis d’être à l’écoute de nos partisans. Il a compris leur demande. 

«On a eu droit à un tsunami d’amour après l’annonce de la nouvelle. Ça vient valider le travail qu’on fait sur le terrain et surtout dans la communauté.» 

Même son de cloche chez une de ses protégées. 

«On s’est appelées entre nous et on a versé des larmes de joie, a souligné Nadine, qui en sera à sa 15e saison en 2020. C’est grâce à l’appui des amateurs qu’on sera de retour. 

«C’est super humble de la part de M. Cecchini d’avoir voulu reconsidérer sa décision.» 

Prêtes aux changements 

Une rencontre est prévue entre Cecchini, Larouche et quelques membres de l’escouade plus tard cette semaine. Ceux-ci sont prêts à faire des concessions et ils savent déjà qu’il y aura des coupes dans leur budget. 

«On va regarder ce qui est le plus avantageux, a ajouté Larouche. Le budget est différent d’une année à l’autre. Par exemple, si la Coupe Grey est dans l’Ouest, ça coûte plus cher. 

«On doit s’asseoir ensemble afin d’évaluer nos besoins. L’importance pour nous est d’offrir un bon spectacle et d’être présents dans la communauté.» 

Les cheerleaders ont déjà commencé à avoir ce type de discussions entre elles depuis l’annonce de la bonne nouvelle. 

«Nous sommes ouverts aux discussions et on sait qu’il y aura des changements, a souligné Nadine. On ne sait pas encore sous quelle forme on sera de retour. On va tous pousser dans la même direction.» 

Du pain sur la planche 

Les meneuses de claque des Alouettes n’auront pas beaucoup de temps pour se tourner de bord. 

«La date du 29 février devrait être celle de nos auditions», a précisé Annie Larouche. 

«Nos classes préparatoires devraient avoir lieu la semaine prochaine, comme prévu au départ. 

«Je m’attends à un bel engouement de la part des jeunes. Il y a toujours de la place pour la relève. » 

Tous les détails des entraînements et des auditions seront officialisés sur le site internet des Alouettes d’ici quelques jours.

Dans la même catégorie