/news/law

Une femme condamnée pour le meurtre de son conjoint demande un nouveau procès

Gilles Turmel

Une femme condamnée à la prison à vie pour le meurtre de son conjoint a présenté ses arguments, mardi matin, devant la Cour d'appel du Québec afin de tenter d'obtenir un nouveau procès.

Johanne Johnson avait été reconnue coupable, en avril 2016, du meurtre non prémédité de son conjoint. L'homme avait été retrouvé mort en 1998 dans sa résidence de Grande-Rivière, en Gaspésie, avec une balle de calibre 22 dans la tête. L'arme n'a jamais été retrouvée.

Même si Johanne Johnson a rapidement été considérée comme la principale suspecte, ce n'est que 15 ans plus tard qu'elle a finalement reconnu son crime dans le cadre d'une opération «Mr. Big» lors de laquelle un scénario a été élaboré afin d'obtenir des aveux.

Les policiers s'étaient fait passer pour des membres du crime organisé et avaient fait vivre à Johanne Johnson une vie de luxe qu'elle n'avait jamais connue. Après un certain temps, elle a rencontré le présumé chef de la bande qui, sous la menace, l'a amenée à tout avouer.

Son avocat conteste aujourd'hui la valeur des aveux obtenus. Selon lui, la méthode utilisée aurait contrevenu à la Charte canadienne des droits et libertés. Il affirme aussi que le juge du procès a erré en refusant d'examiner une requête en arrêt des procédures visant l'exclusion de la preuve obtenue grâce à «Mr. Big». Enfin l'avocat de Johanne Johnson dénonce le travail du juge qui a permis l'admissibilité d'une importante preuve de mauvaise réputation fort préjudiciable à l'accusé à travers les scénarios de l'opération «Mr Big».

L'avocat a présenté une série de 13 arguments à la Cour d'appel afin d'obtenir la tenue d'un nouveau procès.

Johanne Johnson est détenue depuis sa condamnation à la prison à vie, il y a bientôt quatre ans.

La Cour d'appel a pris la cause en délibéré et va rendre une décision au cours des prochains mois.