/regional/montreal/lanaudiere

La locataire tente de laver son nom

Cédérick Caron | Le Journal de Montréal

régie logement

Cédérick Caron / JdeM

La locataire expulsée d’une maison qu’elle aurait saccagée, à Saint-Calixte, a tenté de laver sa réputation devant la Régie du logement lors d’une audience sous haute tension, mardi.    

• À lire aussi: Maison totalement saccagée: éviction contestée à Saint-Calixte  

« J’ai subi des préjudices irréversibles et je tente de rectifier les faits », a affirmé Geneviève Thibault-Lanthier, qui dit craindre pour sa vie avec tous les messages qu’elle reçoit sur les réseaux sociaux depuis la médiatisation du dossier.   

Mme Thibault-Lanthier a été évincée de la maison qu’elle louait sur la rue Sylvain, à Saint-Calixte, dans Lanaudière, le 21 janvier, après que la Régie du logement en ait donné l’ordre parce que la propriété était insalubre.   

Murs de soutènement démolis, trous dans les planchers, plafonds et armoires arrachés, infiltrations d’eau, amoncellements de déchets : l’état de la maison que lui louaient Nathalie Duchesne et son conjoint Joseph Gomez faisait froid dans le dos.   

« Pour moi, c’était complètement invivable. [...] Je ne conteste pas que c’était impropre à l’habitation », a indiqué Mme Thibault-Lanthier lors de l’audience à Joliette, précisant qu’elle ne souhaitait pas retourner vivre dans la maison, mais bien rectifier certains faits.   

La cuisine de la petite maison de Saint-Calixte a été détruite. Elle avait pourtant été récemment rénovée.

Photo d’archives, Martin Alarie

La cuisine de la petite maison de Saint-Calixte a été détruite. Elle avait pourtant été récemment rénovée.

Faussetés non identifiables  

Affirmant qu’il y avait des faussetés dans la décision d’éviction, notamment au sujet d’allégations sur sa santé mentale, Mme Thibault-Lanthier a été invitée par la régisseuse à définir les faits inexacts.   

Même après avoir relu la décision, la locataire, qui tente de la faire casser, n’a pas été capable d’y trouver des erreurs.    

Mme Thibault-Lanthier a alors expliqué qu’elle avait peut-être confondu des publications sur les réseaux sociaux concernant son état de santé mentale et la décision de la Régie du logement.   

« En ce moment, ce que je semble comprendre, c’est que vous êtes en désaccord avec les motifs de la décision. Ça ressemble à un appel déguisé », a indiqué la régisseuse Marie-Louisa Santirosi, qui s’est questionnée sur les motivations de la locataire à plusieurs reprises.    

Le copropriétaire de la maison saccagée, Joseph Gomez, a poussé un proche de la locataire évincée, Bruno Leclerc, dans le corridor menant à la Régie du logement de Joliette.

Capture d’écran, TVA Nouvelles

Le copropriétaire de la maison saccagée, Joseph Gomez, a poussé un proche de la locataire évincée, Bruno Leclerc, dans le corridor menant à la Régie du logement de Joliette.

Tension dans le corridor  

La tension entre les parties était palpable mardi. Avant même le début de l’audience, le ton a grimpé dans le corridor menant à la salle.   

  

  

Les copropriétaires suspectent Mme Thibault-Lanthier et Bruno Leclerc, un proche de la locataire qui devait l’aider à faire des rénovations, d’avoir utilisé des matériaux pris à leur maison pour rénover le domicile de celui-ci.   

Ce qu’a nié catégoriquement M. Leclerc devant les journalistes. Le copropriétaire, M. Gomez, l’a même poussé en l’accusant de vol.   

« Je n’ai jamais rien démoli », a affirmé M. Leclerc.   

Mme Thibault-Lanthier a aussi affirmé que la décision de la Régie devait être cassée parce qu’elle n’avait pas été informée de l’audience sur son éviction et qu’elle n’a pas pu faire valoir ses arguments.   

Pas la clé de la boîte aux lettres  

Elle soutient qu’elle n’a pas pu prendre connaissance de la convocation envoyée par courrier parce qu’elle n’a jamais eu la clé de sa boîte aux lettres, qui serait toujours en possession de son ex-conjoint, qui n’habite plus avec elle.   

La locataire évincée allègue que l’état de la maison était relié aux travaux qu’elle effectuait pour corriger une infiltration d’eau connue des propriétaires.   

Ce n’est pas la première fois que Mme Thibault-Lanthier a des démêlés à la Régie du logement.    

En janvier 2019, elle avait aussi été évincée d’une autre maison qu’elle louait après avoir dégradé les lieux. Elle était également absente lors de cette audience.   

La cause a été prise en délibéré et la décision devrait être connue rapidement.

Dans la même catégorie