/news/law

Peine pour adulte réclamée pour un ado

Claudia Berthiaume | Le Journal de Montréal

ADOS POIGNARDE

Erik Peters / Agence QMI

L’adolescent lavallois de 17 ans accusé du meurtre de son ami de 15 ans risque maintenant la prison à vie s’il est reconnu coupable, puisque la Couronne a annoncé hier son intention de réclamer une peine pour adultes.   

Me Marie-Ève Vauthier en a fait la demande en bonne et due forme à la juge Martine Nolin, en chambre de la jeunesse, au palais de justice de Laval.Celui qui a eu 17 ans la semaine dernière, dont on ne peut dévoiler l’identité en vertu de la Loi sur le système de justice pénale pour adolescents, était de retour en cour mardi pour subir son enquête sur remise en liberté.

   

Deux jours d’audience ont été prévus pour cette procédure. La Couronne s’oppose à sa libération et doit prouver qu’il représenterait un risque pour la société s’il recouvrait sa liberté.   

Le jeune est accusé du meurtre non prémédité d’un de ses amis de 15 ans, dont on doit aussi taire l’identité sur ordre de la cour.   

Il est aussi inculpé de voies de fait armées à l’endroit d’une autre personne et de port d’arme dans un dessein dangereux.   

Ces crimes présumés seraient survenus le 1er janvier dernier, dans un parc de Laval.   

Le présumé tueur est détenu depuis.   

S’il est reconnu coupable, et que l’assujettissement à une peine pour adultes est autorisé par le tribunal, le jeune de 17 ans sera condamné à une sentence de détention à vie sans possibilité de libération avant sept ans.   

N’eût été la requête de la Couronne, l’adolescent aurait écopé, en cas de déclaration de culpabilité, d’une sentence maximale de sept ans, dont trois années pouvant être purgées en liberté sous conditions.   

Autre dossier   

De nouveaux chefs ont été déposés contre lui, mardi, dans un autre dossier.   

Il est maintenant accusé de menaces, d’extorsion, de voies de fait et d’agression armée envers un autre jeune garçon. Les faits allégués remonteraient à mai dernier.   

Une ordonnance de non-publication empêche les médias de rapporter toute la preuve présentée à la magistrate mardi.   

Un enquêteur des crimes majeurs de la police de Laval a fait un résumé des détails de l’affaire pendant une bonne partie de la journée.   

Pendant l’audience, l’adolescent de 17 ans aux cheveux bouclés a gardé la tête basse et les coudes posés sur ses genoux, assis dans le box des accusés, flanqué de deux intervenants.   

La petite salle du palais de justice de Laval était remplie à craquer, tant par les proches de l’accusé que par ceux de la victime de 15 ans.