/news/politics

Québec ferme la porte à une assurance pour les fonds de pension privés

Agence QMI

caucus CAQ

Simon Clark/Agence QMI

Québec écarte la création d’une assurance pour protéger les cotisants aux régimes de pension privés, malgré les drames vécus notamment par des retraités de Sears et de Groupe Capitales Médias.

Le ministre des Finances, Eric Girard, a dit craindre l’impact d’une telle mesure sur la compétitivité des entreprises québécoises.

Il répondait ainsi à une demande formulée par des représentants de la Fédération canadienne des retraités, des retraités de Groupe Capitales Médias et des retraités de Sears Canada présents à l’Assemblée nationale mardi.

Accompagné de deux députés du Parti québécois, Sylvain Gaudreault et Sylvain Roy, le groupe a réclamé la création d’un fonds de provision d'assurance afin de protéger les bénéficiaires de régimes de retraite à prestations déterminées advenant le cas d’une faillite.

PQ retraite

Simon Clark/Agence QMI

Un tel régime est déjà en place depuis 40 ans en Ontario, ont-ils fait valoir.

«On a donné, nous, le meilleur de ce qu'on avait à donner à nos enfants pour leur permettre d'être des bons citoyens dans la vie. Puis je vous dirais qu'aujourd'hui, c'est un peu l'inverse qui est arrivé. [...] ce sont nos enfants qui sont obligés de venir à la rescousse de leurs parents pour leur permettre d'essayer de maintenir un niveau de vie acceptable», a déploré Claude Sénéchal, un employé de Sears Canada dont la rente a été amputée de 30 % après la faillite de l’entreprise.

«Comment ça se fait qu'aujourd'hui, en 2020, des gens qui ont travaillé 30, 40 ans, ont mis de l'argent de côté pour assurer leurs vieux jours, comme on dit, bien qu'ils ne soient pas protégés, moins protégés que si on achète une thermopompe? C'est carrément inacceptable et ça renforce les inégalités sociales au Québec», a affirmé le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault.

Or, selon le ministre Eric Girard, la mise en place d’une prime supplémentaire nécessaire à une telle assurance précipiterait la conversion de tous les régimes à prestations déterminées en régimes à cotisations déterminées.

Il aurait fallu que les gouvernements précédents le mettent [en place]. Là, on discute d'un futur régime d'assurance et le gouvernement, la solution que nous proposons, ce sont les régimes à prestations cibles», a-t-il ajouté.