/finance/homepage

Alstom va présenter une offre pour acheter Bombardier Transport

Sylvain Larocque | Le Journal de Québec

Le constructeur français Alstom va déposer une offre afin de mettre la main sur Bombardier Transport, la division ferroviaire de la multinationale québécoise, a révélé mercredi BFM TV.     

Le conseil d’administration d’Alstom se réunira mercredi soir pour examiner un éventuel rachat de Bombardier Transport, a quant à elle indiqué l’agence de presse Reuters.      

Alstom attend la publication par Bombardier, jeudi, de ses résultats du quatrième trimestre, afin d’«affiner» son offre, a précisé BFM TV.      

L’offre d’Alstom serait composée à 70 % d’argent comptant. Quant à la participation de 30 % détenue par la Caisse de dépôt et placement, elle serait transférée dans Alstom, de sorte que l’institution détiendrait environ 10 % du groupe français.      

Selon la chaîne de télé, l’offre d’Alstom sera inférieure à une première proposition qui donnait une valeur de 7 milliards $ US à Bombardier Transport.      

Des sources ont confié à BFM TV que l’intérêt d’Alstom «a été tempéré» par le fait que «plusieurs des contrats» du carnet de commandes de Bombardier Transport «ne dégageraient qu’une faible rentabilité».      

Notons que plusieurs contrats ferroviaires de Bombardier ont connu des dépassements de coûts et des retards au cours des dernières années.      

Les deux autres prétendants pour l’acquisition de Bombardier Transport, Siemens et Hitachi, auraient jeté l’éponge, d’après BFM TV.   

«Des bonnes nouvelles», dit Fitzgibbon   

À l’Assemblée nationale, le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, qui a dit être au fait des détails de la transaction à venir, a laissé entendre que ce sera «positif».   

«Je pense qu’il va y avoir des bonnes nouvelles», a dit M. Fitzgibbon.   

À l’instar de son ministre de l’Économie, le premier ministre François Legault a confirmé que l’objectif que son gouvernement s’était donné, soit celui de protéger les milliers d’emploi en jeu, sera atteint.   

«Je ne peux pas vous en dire plus long, on a des discussions avec Bombardier, il y a différents scénarios qui sont examinés. On espère dans les prochains jours vous faire connaitre le plan», s’est limité à dire M. Legault.   

«Comme vous savez la Caisse de dépôt possède 30 % des actions de la division transports, donc c’est sûr qu’ils sont impliqués», a-t-il confirmé.    

– Avec la collaboration de Marc-André Gagnon, Bureau parlementaire

Dans la même catégorie