/news/coronavirus

«Beaucoup trop tôt» pour prédire une fin de l'épidémie

Agence France-Presse

Il est encore «beaucoup trop tôt» pour prédire une fin de l'épidémie provoquée par un nouveau coronavirus apparu en Chine, a mis en garde mercredi l'Organisation mondiale de la santé. 

• À lire aussi: Le président chinois prévoit une «évolution positive» du virus  

• À lire aussi: La chaleur printanière ne tue pas les virus  

• À lire aussi: L'OMS nomme le nouveau coronavirus «COVID-19»  

«Je pense qu'il est aujourd'hui beaucoup trop tôt pour tenter de prédire le commencement, le milieu ou la fin de cette épidémie», a déclaré à la presse Michael Ryan, chef du département des urgences sanitaires de l'OMS. 

Le chef de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a pour sa part déclaré que «le nombre de nouveaux cas rapportés en Chine (s'était) stabilisé durant la dernière semaine», mais que «cela devait être interprété avec une extrême prudence». 

«Cette épidémie peut aller dans n'importe quelle direction», a assuré le Dr Tedros. 

Le président chinois Xi Jinping s'était félicité plus tôt dans la journée de «l'évolution positive» de l'épidémie, le nombre de nouveaux cas diminuant depuis trois jours, malgré un bilan qui dépasse désormais les 1.100 morts. 

Il a toutefois appelé à ne «pas relâcher» la garde dans cette «grande guerre». 

L'OMS a accueilli mardi et mercredi à son siège à Genève une conférence réunissant plusieurs centaines de spécialistes en épidémiologie du monde entier pour passer en revue les moyens de combattre la maladie, dénommée Covid-19. 

M. Ryan a indiqué que des recherches conduites par l'agence spécialisée de l'ONU avaient permis de remonter les sources de transmission dans pratiquement la totalité de 441 cas enregistrés hors de Chine, à seulement huit exceptions. 

«Au niveau mondial, nous avons une bonne vision du virus», a-t-il dit. 

Quatre projets de vaccins potentiels, financés par le CEPI, la Coalition pour les innovations en préparation aux épidémies, ont été examinés. 

«Je pense que nous allons trouver un vaccin. Cela va prendre du temps. Un vaccin ne se trouve pas du jour au lendemain», a déclaré une haute responsable scientifique de l'OMS, Soumya Swaminathan. 

«Quatre vaccins font actuellement l'objet d'un financement pour les phases initiales, le développement préclinique», a-t-elle dit à la presse. 

La scientifique a ajouté qu'un premier vaccin qui pourrait faire l'objet de tests sur l'homme en avril était élaboré par une société basée aux États-Unis, Moderna Therapeutics, en collaboration avec les National Institutes of Health (NIH) américains.

Dans la même catégorie