/finance

Incertitude pour les employés de Bombardier de La Pocatière

TVA Nouvelles

Les employés de l’usine Bombardier Transport de La Pocatière, dans le Bas-Saint-Laurent, oscillaient entre confiance et inquiétude mercredi après l’annonce du rachat potentiel de l’entreprise par le constructeur français Alstom.   

• À lire aussi: Alstom va présenter une offre pour acheter Bombardier Transport  

L’usine de La Pocatière emploie 350 personnes, dont plus de 200 syndiqués.   

Selon le président du syndicat rencontré par TVA Nouvelles, il est «important» de préserver la pérennité des emplois sur place.   

Les employés rencontrés, eux, se voulaient plutôt confiants face à cette nouvelle.   

«S’ils regroupent il va peut-être y avoir des fermetures d’usines donc on ne sait pas trop ce qu’il va se produire. C’est plus ça qui représente un inconfort. Mais à part ça, on verra», a dit l’un d’eux.   

«Ce qu’on souhaite, c’est que ça reste au Québec. Nous sommes juste des petits employés d’usine nous. Il y a en a des gros gérants qui sont payés des millions...», a ajouté un autre.   

«Ça fait plus de 30 ans, ça a toujours été comme ça, des hauts, des bas. On s’habitue», a philosophé un troisième.   

Les élus de leur côté espèrent garder l’usine qui représente d’importantes retombées économiques pour la région.   

«L’important, c’est de stabiliser les emplois qu’il y a à La Pocatière, on verra la décision qu’ils prennent. Mais si l’acheteur a pris la peine de l’analyser, c’est qu’il y a du potentiel», a fait savoir le maire de La Pocatière, Sylvain Hudon.    

«Bombardier est capable de faire des trains partout dans le monde et ici on est capable d’en faire des bons.»

Dans la même catégorie