/finance

Achat de V: Québecor encourage le CRTC à se méfier de Bell

Philippe Orfali et TVA Nouvelles

Bell et Québecor ont croisé le fer, mercredi, lors du premier jour des audiences du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) sur l’achat de V par la société torontoise.    

• À lire aussi: «C’est préjudiciable à notre industrie» - Pierre Karl Péladeau  

• À lire aussi: Fitzgibbon affiche son parti pris pour Bell  

• À lire aussi: Achat de V par Bell: Québecor tire la sonnette d'alarme  

Le président et chef de la direction de Québecor, Pierre Karl Péladeau, s’est opposé catégoriquement à la transaction, dénonçant ce qui pourrait créer selon lui un «monopole canadien».           

«Bell a une position dominante, voire prédatrice. Le Conseil ne peut laisser une telle situation se produire et doit refuser la présente transaction», a affirmé M. Péladeau.         

Québecor et Bell sont déjà en concurrence sur plusieurs fronts, de la câblodistribution à la téléphonie cellulaire, en passant par les chaînes spécialisées. Mais l’achat de V par la société torontoise serait sa première incursion en télévision généraliste de langue française. Bell est déjà propriétaire du réseau anglophone CTV.         

«Québecor est également présente dans plusieurs sphères d’activités, que ce soit les journaux, la télévision et les télécommunications, a reconnu M. Péladeau. Son empreinte est toutefois uniquement étendue au marché francophone.»    

Le magnat de la presse a dit s’inquiéter particulièrement de l’impact de la transaction sur les revenus publicitaires des autres médias québécois. Bell a engrangé des revenus de 2,1 milliards l’an dernier, contre 1,2 milliard pour Radio-Canada et 381 millions $ pour TVA, a-t-il dit.             

  

  

En achetant la chaîne V, Bell accaparerait près de la moitié des revenus publicitaires dans le secteur de la télévision. Québecor plaide également que Bell détiendrait un avantage immense pour acheter des films et des séries à l'international, au détriment des autres joueurs de l'industrie québécoise comme le Groupe TVA.         

«Le temps est venu pour les autorités réglementaires et gouvernementales de démanteler Bell avant qu’il ne soit trop tard», a plaidé M. Péladeau.         

«La seule option» pour V         

En matinée, la présidente de Bell et Bell Média au Québec, Karine Moses, a défendu cette transaction. Elle a fait valoir que, même si Bell occupe un rôle prédominant dans le paysage médiatique canadien, sa présence au Québec demeure inférieure à celle de ses concurrents, en télévision du moins.          

«Bell Média est la meilleure destination pour les stations V, car l’ajour de la télévision traditionnelle complète parfaitement nos services existants», a fait valoir Mme Moses. «Nous aurons accès aux larges auditoires qu’offre la télévision traditionnelle et Bell Média pourra soutenir V financièrement, stratégiquement et sur le plan de l’exploitation.»          

  

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

  

«L’environnement concurrentiel a changé. Et il faut nous rendre à l’évidence. Il sera de plus en plus difficile, voire impossible, pour un groupe non intégré comme le nôtre d’exploiter une chaîne généraliste de façon rentable», a renchéri le président du Groupe V Média, Maxime Rémillard.               

Bell possède actuellement pas moins de 30 stations de télévision à travers le Canada, 109 stations de radio et plus de 200 sites web, en plus d’être propriétaire de services de productions, de divertissements, de télécommunications et d’équipes sportives.          

Information          

Bell promet d’investir davantage en productions originales de langue française. Elle a par ailleurs l’intention de créer un service de nouvelles à part entière au sein de la chaîne, chose qui n’existe pas depuis que TQS est devenue V. Ce service serait «indépendant» de CTV, mais pourrait partager des ressources ou des installations avec elle, selon Bell.          

  

  

Mme Moses s’est toutefois catégoriquement opposée à ce que des exigences en matière d’information soient ajoutées à la licence de V, comme c’est le cas pour ses compétiteurs.          

Pressée de questions par une commissaire du CRTC, elle s’est néanmoins engagée à ne pas fermer les stations locales de V, présentes dans quelques villes du Québec.          

Cas particulier          

Il est plutôt rare que le CRTC déplace ses audiences de Gatineau à Montréal. Dans le cas de cette transaction, elle n’était même pas obligée par la loi d’en tenir.          

Mais dans le paysage médiatique québécois, l’arrivée de Bell en télé généraliste pourrait changer bien des choses, en matière publicitaire notamment.          

«Soyons clairs : le Conseil est fort conscient du contexte particulier des demandes devant nous. Nous porterons une attention particulière aux impacts potentiels de cette transaction sur le paysage télévisuel de langue française», a indiqué en début d’audiences la vice-présidente du CRTC Caroline Simard.   

  

Dans la même catégorie