/news/culture

Le grand jour approche pour «Mafia Inc»

Agence QMI

Le grand jour (de la sortie) approche pour le très attendu film «Mafia Inc», nouvelle réalisation de Podz qui prendra l’affiche partout au Québec vendredi et dont la première avec tapis rouge avait lieu mercredi, au Théâtre Maisonneuve, en présence de tout le gratin artistique.    

La Saint-Valentin aura donc un goût de crime dans les cinémas de la province. Dans un scénario de Sylvain Guy, adaptation du livre du même titre des journalistes André Cédilot et André Noël, Marc-André Grondin personnifie Vincent «Vince» Gamache, apprenti mafieux qui bosse pour le compte du parrain Frank Paterno (Sergio Castellitto) et son fils aîné, Giaco (Donny Falsetti), tandis que sa sœur Sofie (Mylène Mackay) fréquente Patrizio (Michael Ricci), cadet du clan Paterno.     

La guerre au sein du groupe éclatera lorsque Vince, auteur d’un coup fumant visant à impressionner le parrain, attisera la jalousie de Giaco. Gamache et Paterno se retrouveront divisés, tous devront choisir leur camp, et le prix à payer pour ce choix sera immense.    

«Mafia Inc» avait été présenté pour une première fois au 43e Festival international du film de Sao Paulo, à l’automne, puis au Palm Springs International Film Festival.

Un polar efficace

Les films de gangsters et de mafia ne sont pas légion au Québec. Sans réinventer le genre, le cinéaste Podz propose avec Mafia Inc. un polar sombre et efficace qui réunit tous les ingrédients d’un bon divertissement populaire.  

Conflits familiaux, trahisons, vengeance, meurtres sanglants... La recette d’un bon film de gangsters a déjà fait ses preuves à maintes reprises dans le passé. En s’inspirant librement du livre Mafia Inc. des journalistes André Cédilot et André Noël, le réalisateur Podz et le scénariste Sylvain Guy ont construit une histoire fictive bien ficelée (malgré quelques longueurs) qui revisite de façon efficace les codes du genre.   

Campé dans le Montréal des années 1990, Mafia Inc. suit le parcours de Vincent « Vince » Gamache (Marc-André Grondin), un jeune gangster québécois qui travaille pour le compte du parrain de la famille mafieuse sicilienne Frank Paternò (Sergio Castellitto), au grand malheur de son père tailleur (Gilbert Sicotte). La sœur de Vince, Sofie (Mylène Mackay), est quant à elle fiancée à un des fils Paternò.   

Les relations entre les deux familles deviendront particulièrement tendues quand Vince sera chassé du clan sicilien après avoir commis un acte ignoble et amoral qui risque de causer des dommages aux Paternò.   

Réalisme cru 

On reconnaît le style de Podz (Daniel Grou) dès les premières images du film. Comme dans ses œuvres précédentes (L’affaire Dumont, Les 7 Jours du Talion, la série 19-2), le cinéaste déstabilise le spectateur avec des scènes percutantes filmées avec un réalisme cru et une violence parfois saisissante.   

Pour ajouter une couche d’authenticité à son film, Podz a tenu à ce que les personnages qui gravitent dans la mafia parlent un mélange des trois langues utilisées dans la communauté italienne montréalaise (italien, français et anglais). On lui reprochera par contre de ne pas avoir su éviter quelques clichés sur la communauté italienne, comme ces grandes maisons aux décorations kitsch.  

Podz a eu la main heureuse avec le choix de ses acteurs. Il a d’abord réussi un grand coup en convainquant le grand acteur italien Sergio Castellitto de jouer le rôle du parrain de la mafia. Avec son charisme et son jeu tout en nuances, Castellitto a réussi à composer un personnage aussi cruel qu’attachant. À ses côtés, Marc-André Grondin et Gilbert Sicotte livrent aussi d’excellentes performances.   

Il n’est pas facile de faire un film de mafia qui ne souffrira pas des comparaisons avec les chefs-d’œuvre du genre réalisés par les grands maîtres Martin Scorsese et Francis Ford Coppola. Podz a réussi à éviter ce piège en centrant son récit sur le thème de la famille et en ancrant le film dans la réalité montréalaise.  

♦ Mafia Inc. prend l’affiche jeudi. 

 MAFIA INC.  

★★★½ Un film de Podz  

Avec Marc-André Grondin, Sergio Castellitto, Gilbert Sicotte et Mylène Mackay.

Dans la même catégorie