/news/currentevents

Des sœurs traquent un chauffard

Frédérique Giguère | Le Journal de Montréal

Deux jeunes femmes se sont improvisées détectives afin de traquer le présumé chauffard qui aurait violemment happé leur petite sœur cet été à Mascouche, sans même daigner s’arrêter.    

« Dès le début, tout le monde se doutait qu’il était en boisson et que c’était pour ça qu’il s’était enfui après l’accident, confie la sœur de la victime, Kim Desrochers, 26 ans. C’était extrêmement important pour nous qu’il soit accusé pour tout, pour le délit de fuite, mais aussi pour l’alcool au volant. On voulait que ce soit reconnu. »      

Janic Labelle (gauche) et Kim Desrochers (droite) ont aidé la police à amasser des preuves contre l'homme accusé d'avoir happé leur petite soeur Amy Labelle (centre) à Mascouche.

Photo Ben Pelosse

Janic Labelle (gauche) et Kim Desrochers (droite) ont aidé la police à amasser des preuves contre l'homme accusé d'avoir happé leur petite soeur Amy Labelle (centre) à Mascouche.

Le 9 juillet, vers 23 h, la jeune Amy Labelle est montée sur son scooter en direction de sa maison après avoir passé la soirée chez des amis. Quelques secondes après son départ, alors qu’elle se trouvait à l’angle du chemin Pincourt et de l’avenue Garden, elle a été heurtée par un Ford Focus blanc.       

Même si l’adolescente de 15 ans gisait au sol gravement blessée, le conducteur ne s’est jamais arrêté.      

Mais le miroir du côté passager a été arraché sous la force de l’impact et est vite devenu un élément crucial de l’enquête policière.      

À 50 mètres des lieux  

Quelques heures plus tard, Robert Poirier, 51 ans, était d’ailleurs arrêté à son domicile. Il a ensuite été accusé de délit de fuite ayant causé des lésions.       

Ironiquement, sa résidence se trouve à moins de 50 mètres du lieu de l’accident. Son Ford Focus a été retrouvé dissimulé derrière un bateau, au fond de la vaste propriété.      

Craignant d’emblée que le suspect n’écope pas d’une peine adéquate compte tenu des graves blessures infligées à Amy, ses deux sœurs aînées se sont démenées pour tracer le portrait des allées et venues du présumé chauffard. Elles ont notamment multiplié les messages sur les réseaux sociaux.       

Kim Desrochers et Janic Labelle disent avoir été estomaquées de voir à quel point les internautes ont été solidaires et les ont aidées dans leur quête.      

Le Ford Focus blanc au miroir manquant de Robert Poirier a été remorqué quelques heures après l’accident alors qu’il semblait avoir été dissimulé derrière un bateau sur la propriété où vivait l’accusé.

Photo Frédérique Giguère

Le Ford Focus blanc au miroir manquant de Robert Poirier a été remorqué quelques heures après l’accident alors qu’il semblait avoir été dissimulé derrière un bateau sur la propriété où vivait l’accusé.

De fil en aiguille, elles ont amassé des informations sur le quinquagénaire arrêté, convaincues que la justice passerait également par l’opinion publique.      

Beaucoup d’alcool  

« Je suis allée faire une tournée des bars et j’ai montré la photo de Robert Poirier à toutes les barmaids dans l’espoir que quelqu’un me confirme qu’il était là le soir de l’accident, raconte Janic Labelle, 21 ans. Le dernier que j’ai fait, il était rendu minuit et j’étais un peu découragée, mais la serveuse a tout de suite reconnu Robert et m’a confirmé qu’il avait bu une grande quantité d’alcool ici ce soir-là. Bingo ! »      

Kim Desrochers a pour sa part envoyé la photo de Poirier à toutes les personnes de son réseau qui travaillent dans les bars des environs.       

Amy Labelle a été projetée au sol lors de l’accident et en a même perdu ses chaussures. Son scooter accidenté a été retrouvé dans le gazon.

Photo Agence QMI, Erik Peters

Amy Labelle a été projetée au sol lors de l’accident et en a même perdu ses chaussures. Son scooter accidenté a été retrouvé dans le gazon.

Elle a également réussi à obtenir de l’information sur les moments précédant la violente collision, des renseignements qui ont bien évidemment été transmis aux autorités.      

En parallèle, les enquêteurs de la police de Mascouche ont aussi récolté des preuves sur les heures précédant le délit de fuite, notamment des factures et des images de caméra de sécurité.      

 

 

Trois bars  

Au final, Poirier aurait consommé de l’alcool dans au moins trois établissements licenciés avant de heurter la jeune Amy.      

En regroupant le tout et en effectuant certaines analyses biométriques, le Directeur des poursuites criminelles et pénales a finalement été en mesure d’accuser Poirier de conduite avec les facultés affaiblies causant des lésions le 24 janvier, soit un peu plus de six mois après l’accident.      

« Pour nous, la meilleure punition, c’est le regard des gens, conclut Kim Desrochers. On va laisser la justice suivre son cours, mais on voulait que son histoire soit connue. »      

« Vous ne voulez pas faire vivre ça à un enfant »  

La jeune Amy Labelle, gravement blessée lors d’un délit de fuite dans lequel l’alcool au volant pourrait avoir été en cause, aimerait que son cas serve d’exemple pour dissuader les automobilistes tentés de prendre le volant intoxiqués.      

« Faites-moi confiance, vous ne voulez pas faire vivre ça à un enfant comme moi, lance l’adolescente. Les conséquences sont physiques, bien sûr, mais ç’a des répercussions partout, aussi auprès de ma famille qui a eu beaucoup de peine. »      

En plus d’une violente commotion cérébrale, Amy Labelle a eu le tibia, la mâchoire et l’os temporal fracturés lorsqu’elle a été happée par un chauffard en juillet. L’un de ses canaux auditifs a aussi été perforé.      

Un peu plus de sept mois après le grave accident, Amy Labelle boite encore. Elle a même dû se faire opérer à nouveau en début de semaine, notamment parce qu’une des vis installées pour réparer son tibia était cassée. Elle souffre aussi d’intenses migraines en plus d’avoir énormément de difficulté à se concentrer à l’école.       

Amy Labelle a été hospitalisée plusieurs jours à l’hôpital Sainte-Justine.

Photo courtoisie

Amy Labelle a été hospitalisée plusieurs jours à l’hôpital Sainte-Justine.

Élève modèle  

Celle qui a toujours été une élève modèle voit désormais ses notes diminuer plus les semaines avancent.        

« Je peux tomber dans la lune 30 minutes et je ne m’en rends pas compte, explique-t-elle. J’écoutais, mais je ne me souviens de rien. »      

La joueuse étoile de soccer, qui a notamment participé aux Jeux du Québec et rejoint les équipes d’élite de Soccer Québec, évoluait dans le niveau AAA avant l’accident. Elle a toutefois dû mettre sa plus grande passion sur pause, le temps de sa convalescence.      

Si tout se passe bien, elle reprendra l’entraînement cet été, mais dans un niveau inférieur en raison du grand rattrapage qui l’attend.      

Celle qui aspire à devenir pharmacienne ou sage-femme espère profondément que sa concentration en classe reviendra, puisque sa quatrième secondaire est une étape charnière.