/news/society

Itinérance : Le défi de trouver un lit par temps glacial

TVA Nouvelles

De nombreux sans-abris soupent à la Mission Old Brewery et espèrent pouvoir obtenir un des 300 lits disponibles pour la nuit. 

Mais comme tous les refuges débordent, certains devront bientôt quitter l'endroit pour trouver une place ailleurs.

Vers 21h, plusieurs personnes en situation d’itinérance attendent devant la Mission Old Brewery pour prendre une navette qui les amènera à l’ancien hôpital Royal Victoria.  

Après avoir été fouillés à leur arrivée, les visiteurs sont dirigés vers les étages sous la surveillance d'agents de sécurité et de quatre travailleurs sociaux.

«On essaie de faire un à un avec ces usagers-là, pour essayer de trouver la situation pour les sortir de l'itinérance, parce qu'ici, justement, c'est une unité d'urgence», explique Barnabé Paul, un intervenant communautaire. 

Cette année, 150 lits sont disponibles, soit 70 de plus que l'an passé, et un étage de 50 lits est strictement réservé aux femmes. 

Puisque le visage de l’itinérance change, des chambres privées pour les personnes trans et les couples ont également été prévues. Il s’agit également du seul refuge où les chiens sont acceptés. 

«C'est la seule place ou ils acceptent vraiment les chiens pour dormir. Parce que, dans le fond, c'est lui qui compte le plus», dit Nicholas Bonneau, un sans-abri qui a passé la nuit au Royal Victoria. 

«Je vous dirais qu'il y a plus de 900 personnes différentes, depuis le début décembre, qui ont fréquenté l'endroit. Les gens qui vont être là en moyenne une dizaine de nuits, une moyenne d'âge d'une quarantaine d'années» constate Julie Grenier du CIUSSS Centre-sud-de-l’Île-de-Montréal.  

Le gouvernement fédéral, le gouvernement provincial et la Ville de Montréal ont investi 1,4 million de dollars pour ajouter des lits dans les refuges, assurer un service de navette toutes les nuits et rouvrir une section du Royal Victoria jusqu'à la fin du mois de mars.

Dans la même catégorie