/regional/montreal/monteregie

Le secteur public lance un cri du coeur

TVA Nouvelles

Les travailleurs du secteur public CSN de Granby lancent un cri du coeur et demandent au gouvernement caquiste de négocier de bonne foi.

Au-delà des augmentations salariales insatisfaisantes, les travailleurs s'unissent pour décrier la précarité des emplois et, surtout, la surcharge de travail.

«Ce n’est pas attrayant de venir travailler dans le réseau» dit d’emblée Yvan Gagné, vice-président Syndicat du personnel technique, administratif et éducatif (SPTAE) du Val-des-Cerfs

Selon la centrale syndicale qui représente environ 2000 salariés à Granby, depuis les cinq dernières années, les congés de maladie ont augmenté de 25%.

Au sein du personnel de soutien de la commission scolaire Val-des-Cerfs uniquement,

80 travailleurs sont actuellement en congé de maladie, tandis que plus ou moins 50 personnes ont quitté leur emploi dans la dernière année.

«Il faut être attractif. Donner du temps, des conditions de travail, les gens vont revenir, les gens veulent travailler, mais on n’a pas les conditions pour le faire», ajoute M. Gagné.

Au sein du personnel administratif du Centre intégré universitaire de santé et des services sociaux de l'Estrie

Il y aurait eu 95 démissions en six mois, de mai à octobre 2019.

«Il n’y a plus de rétention parce qu’il n’y a pas de valorisation du métier dans le secteur public», précise Annette Herbeuval, présidente du Conseil central Montérégie de la CSN.

Dans les ressources d'hébergement du Centre de Réadaptation de la Montérégie, de mars 2019 au début de 2020, on a procédé à 93 embauches. Mais il y a eu 106 départs pour la même période.

«C’est un travail qui est extrêmement dans les conditions actuelles avec le temps supplémentaire obligatoire et les gens qui sont obligés de faire des doubles», ajoute Jonathan Tétrault, vice-président du syndicat CISSS de la Montérégie-Ouest.

Épuisés autant moralement que physiquement... les travailleurs du secteur public promettent de se faire entendre dans les prochaines semaines.

Au coeur de la présente négociation, le maintien de la qualité des services offerts à la population.