/finance

Les restaurateurs se préparent à faire des affaires d'or pour la Saint-Valentin

Jasmin Dumas | TVA Nouvelles

La Saint-Valentin est l'une des plus grosses soirées de l'année pour les restaurateurs. Dans la plupart des restaurants de Sherbrooke, c'est déjà complet depuis un moment. Les propriétaires et surtout leurs cuisiniers se préparent depuis des semaines. 

«Ça fait deux mois qu'on travaille sur notre menu de la Saint-Valentin», a dit en entrevue Christian Fréchette, chef cuisinier et copropriétaire du restaurant Da Toni. 

«On a commencé par sortir les idées, faire des textes, ensuite établir les choix puis commander les aliments nécessaires. On est prêts!» a-t-il poursuivi. 

Le restaurant va tenir deux services; un premier à 17 h 30 et un second à 20 h 30. 

«Normalement, un vendredi soir, nous avons huit employés. Pour la Saint-Valentin, nous serons 16», a expliqué l'autre copropriétaire du Da Toni, Daniel Schoolcraft. 

Pour la soirée de vendredi, toutes les tables sont réservées. «J'ai moi-même pris la première réservation, un monsieur m'a appelé au mois d'octobre! Je lui ai demandé s'il était sérieux et il l'était!» s'est exclamé M. Schoolcraft. 

Le livre de réservation est également rempli pour le souper de la Saint-Valentin au Restaurant Auguste. «Il faut être prudent et ne pas mettre trop de pression sur les clients et le personnel», a dit la propriétaire, Anick Beaudoin. 

«À la Saint-Valentin, les gens veulent avoir le temps de se déposer, profiter du moment avec l'être cher, a-t-elle ajouté. Et si notre personnel est débordé pour parvenir à servir tout le monde, l'expérience sera mauvaise pour nos clients et c'est ce qu'on veut éviter à tout prix. Donc, nous avons bloqué les réservations à 137 places, et nous avons une liste d'attente.» 

De plus en plus, les listes d'attente sont utiles parce que le nombre de fois où des clients ne se présentent pas est en croissance, bien qu'ils aient une réservation en bonne et due forme. 

«C'est une tendance qu'on remarque à la hausse dans les restaurants de Sherbrooke. Je ne sais pas pourquoi. On demande aux gens de nous appeler s'ils ne peuvent pas se présenter. Nous ne serons pas fâchés, au contraire ça nous aide», a indiqué Mme Beaudoin. 

Les cuisiniers et les pâtissiers se préparent aussi depuis plusieurs semaines. «Oui, on ressent plus de pression à la Saint-Valentin, on veut épater les clients», a souligné la sous-chef Julia Kholer.