/regional/estduquebec/cotenord

Taux élevé de cancer du poumon sur la Côte-Nord

Alexandre Cantin

Les citoyens de la Côte-Nord et ceux de Sept-Îles en particulier sont davantage touchés par le cancer du poumon qu’ailleurs au Québec. Le directeur de la santé publique de la Côte-Nord collige des données pour connaître les causes cette situation.

Le taux d’incidence du cancer du poumon pour 100 000 personnes se situe autour de 163 à Sept-Îles, alors qu’il est de 132 pour la Côte-Nord et de 98 pour la province.

Les causes peuvent être nombreuses: consommation de tabac, présence d’industries, exposition à l’amiante ou au radon, etc. Le directeur de la santé publique de la Côte-Nord, le docteur Stéphane Trépanier, souhaite approfondir la question.

«On a déjà commencé. On a essayé de voir l’ensemble des cas récents sur la cartographie de la ville de Sept-Îles, a-t-il dit. L’autre étape pourrait être d’aller vérifier certaines expositions, l’emploi par exemple des personnes qui ont eu ce cancer-là. On est en discussion avec la Ville aussi pour voir si on va aller plus loin pour comprendre le phénomène à Sept-Îles.»

Toutefois, il n’est pas certain que des conclusions claires pourront être tirées. Il y a de nombreux facteurs de risque du cancer du poumon, le premier étant de loin la consommation de tabac. Aussi, la population de Sept-Îles et celle de la Côte-Nord sont relativement petites. Dans ce contexte, il peut être difficile scientifiquement d’identifier clairement les causes.

«Les chances de pouvoir démontrer un lien de cause à effet sont faibles. Donc, on doit prendre le temps de réfléchir, mais c’est dans nos dossiers actifs actuellement», a dit M. Trépanier.

La Ville de Sept-Îles, en collaboration avec la direction de la santé publique, amorce actuellement une campagne de dépistage du radon, un gaz radioactif qui peut causer le cancer du poumon.

Dans la même catégorie