/finance

Un courtier aurait déboursé 40 000$ pour des listes de données personnelles de Desjardins

Jean-Michel Genois Gagnon | Journal de Québec

Le courtier de Québec en épargne et assurance, François Baillargeon-Bouchard, aurait déboursé 40 000 $ pour mettre la main depuis février 2017 sur des listes de données personnelles provenant de Desjardins. 

• À lire aussi: Le suspect du vol de données chez Desjardins n’était qu’un pion

C’est ce que révèle une requête déposée en janvier par l’Autorité des marchés financiers (AMF) au Tribunal administratif des marchés financiers. 

L’AMF réclame la suspension des certificats d'exercice du courtier pour la durée de l’enquête et qu’il soit remplacé comme dirigeant dans son cabinet situé à Lebourgneuf. 

En octobre dernier, le Bureau d’enquête du Journal et l’équipe de l’émission J.E affirmaient que cet individu était soupçonné d’avoir utilisé les données dérobées chez Desjardins pour trouver des clients. 

Dans sa requête, l’AMF a exigé que le courtier lui remette «l'original, de même que toute copie, des listes de clients de Desjardins acquises de Jean-Loup Leullier Masse ou de toute autre personne». 

M. Leullier Masse aurait également été rencontré par des policiers dans ce dossier. Les deux hommes se connaissent depuis «quelques années». 

Selon les documents du tribunal, M. Baillargeon-Bouchard aurait avoué lors d’un interrogatoire avoir acheté six listes et une liste «échantillon» de clients ayant des liens avec Desjardins à M. Leullier Masse. Il aurait affirmé n’avoir jamais posé de question sur leur provenance, ni si les clients avaient consenti à ce que leurs données soient communiquées. 

Les listes acquises contenaient : «nom, numéro de téléphone, adresse, montant de prêt hypothécaire chez Desjardins, indicateur d’âge et la prime estimée au niveau de l’assurance attachée au prêt (assurance vie et invalidité)», peut-on lire dans les documents de la cour.  

1 $ par personne 

Selon l’AMF, M. Leullier Masse, qui affirmait avoir accès à des listes de clients ayant des prêts hypothécaires auprès de différentes institutions financières, aurait vendu à M. Baillargeon-Bouchard les documents en lui promettant l’exclusivité. Le prix payé a été d’environ 1 $ par personne. 

M. Baillargeon-Bouchard estime «que 200 ou 300 clients ont donné suite à leur offre de services». Il aurait continué d’utiliser ces données pour faire de la sollicitation après le dévoilement de la fuite chez Desjardins en juin. 

Le courtier de Québec a été interrogé à deux reprises par les enquêteurs de l’AMF et de la Chambre de la sécurité financière. Ces derniers doutent de certains points dans ces témoignages, notamment du fait que M. Baillargeon-Bouchard pensait que ces listes étaient obtenues légalement.  

Rappelons que c’est un ex-employé de Desjardins qui aurait dérobé les informations personnelles de plus de 4,2 millions de particuliers et d’entreprises. Il a également eu accès aux renseignements de 1,8 million de détenteurs de cartes de crédit.

Dans la même catégorie