/news/society
Populaire

Découvrez le premier palmarès des cégeps du Journal

Sébastien Ménard | Journal de Québec

JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

Nous sommes fiers de publier aujourd’hui ce premier palmarès des cégeps, qui permet de comparer, en termes de diplomation, la performance des 52 collèges publics du Québec.  

• À lire aussi: Consultez notre carte et notre tableau interactifs du palmarès des cégeps 

Plus de 10 ans après avoir amorcé la publication de notre désormais célèbre palmarès des écoles secondaires, nous sommes heureux d’innover en lançant aujourd’hui ce nouvel outil, qui offre un classement encore jamais vu des établissements d'enseignement collégial selon le taux de réussite.           

Vous pouvez consulter les données de notre palmarès des cégeps en utilisant la carte et le tableau interactifs préparés par nos collègues de chez NumériQ, en cliquant sur le lien ci-dessous. Ces deux outils vous permettront de comparer facilement le rendement des cégeps de toute la province.       

La carte interactive comprend une fiche détaillée pour chacun des 52 établissements publics pour lesquels le ministère de l’Éducation nous a fourni des données.           

Regroupées par région administrative dans notre tableau interactif afin de simplifier votre lecture, les fiches présentent les taux de diplomation dans chacun des programmes retenus, ainsi que d’autres données permettant d’apprécier et de nuancer davantage ces résultats.           

Nous y indiquons également le nombre d’étudiants inscrits, la proportion d’étudiants à besoins particuliers et la moyenne au secondaire des étudiants admis.            

Deux milliards de dollars par année  

Les milliers de finissants de 5e secondaire qui soumettront une demande d’admission au cégep avant la date limite du 1er mars prochain y trouveront plusieurs renseignements intéressants et utiles pour mieux faire leur choix.           

Nous sommes convaincus que ce supplément intéressera aussi nos lecteurs préoccupés par le rendement du réseau des cégeps, dans lequel les contribuables investissent pas moins de deux milliards de dollars par année.            

De façon plus large, nous estimons que ce nouvel outil constitue également un point de départ pour lancer une réflexion sur le taux de diplomation dans les cégeps.           

Travail de moine  

Nous savons que le taux de diplomation n’est pas un indicateur absolu de la performance d’un cégep. Il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’une des rares mesures fiables permettant de comparer les collèges.           

L’exercice auquel nous nous livrons aujourd’hui a nécessité un véritable travail de moine. Nous ne nous sommes pas contentés de retranscrire les taux de diplomation; nous avons calculé la moyenne de ces taux sur cinq ans et l’avons pondérée selon le nombre d’étudiants, afin d’offrir un portrait plus fiable de la réalité.           

Nous nous sommes basés sur les recommandations d’experts et avons aussi eu recours aux services d’un analyste indépendant pour revalider l’ensemble de nos données et de nos classements.           

Dans le but de respecter certains standards méthodologiques et statistiques, nous nous sommes par ailleurs limités aux programmes d’études les plus populaires.           

Enfin, notez que les cégeps privés ont été exclus de cette première édition du palmarès, pour des considérations méthodologiques.           

Il va sans dire que cette innovation est appelée à évoluer et à être bonifiée avec le temps. Si vous avez des commentaires ou des suggestions à formuler, je vous invite à m’écrire.           

Bonne lecture!           

Sébastien Ménard  

Éditeur et rédacteur en chef du Journal de Québec,  

responsable du projet  

sebastien.menard@quebecormedia.com