/news/coronavirus
Populaire

Le couple de Québécois atteint du COVID-19

TVA Nouvelles et Agence France-Presse

Le couple de Québécois Bernard et Diane Ménard en quarantaine sur le bateau de croisière Diamond Princess au Japon a reçu la confirmation qu’ils sont tous les deux atteints du COVID-19.      

«Ils ont été testés positifs, nos craintes sont maintenant confirmées», laisse tomber leur fille Chantal en entrevue au Québec Matin.   

«Ils sont très faibles, ils nous ont avoué que mon père ne faisait que dormir depuis deux jours, il ne s’alimente presque plus depuis quatre jours et je crois qu’ils ne nous disent pas tout pour ne pas nous inquiéter», ajoute-t-elle.   

Bernard et Diane Ménard, âgés respectivement de 75 et 73 ans, devraient être évacués vers un hôpital dans les prochaines heures. La famille a demandé que le couple ne soit pas séparé.    

«Ils n’ont jamais été séparés, ça fait plus de 53 ans qu’ils sont mariés et quelqu’un nous a dit qu’ils seraient ensemble dans le même hôpital, mais pas dans la même chambre au Japanese military hospital», explique Chantal Ménard.   

Le couple ne pourra pas être rapatrié au Canada tant que les tests seront positifs. La famille garde tout de même espoir.  

«Ce que je demande au gouvernement fédéral c'est d'envoyer un avion les chercher et les soigner ici au Canada», implore Mme Ménard.  

 

 

Nouveaux cas   

Soixante-sept nouveaux cas de coronavirus ont été annoncés samedi sur le navire de croisière en quarantaine au large du Japon et les États-Unis prévoient d'évacuer leurs ressortissants qui se trouvent à bord.   

Le résultat de 217 tests supplémentaires rendu public par le ministre japonais de la Santé porte à 285 le nombre de passagers et membres d'équipage sur lesquels la présence du virus a été constatée, sans compter un officier de quarantaine qui avait par ailleurs lui aussi été infecté.   

Washington avait annoncé un peu plus tôt samedi, dans une lettre adressée aux passagers américains du paquebot Diamond Princess maintenu depuis début février en quarantaine au large de Yokohama (sud de Tokyo), son intention de les évacuer.   

Le message évoque l'envoi d'un avion dimanche, ajoutant que les personnes rapatriées devront respecter une quarantaine supplémentaire de 14 jours à leur arrivée aux États-Unis.