/news/society

Un robot qui peut sauver des vies

TVA Nouvelles

Il s’appelle Lucas, vient d’Europe... et il sauve des vies. Lucas est en réalité un robot développé pour effectuer des massages cardiaques dans le cadre de manœuvres de réanimation cardiorespiratoire. 

Trois de ces robots ont été acquis par la Coopérative des techniciens ambulanciers du Québec (CTAQ) à Québec.  

L'appareil est reconnu pour être efficace et résistant : deux qualités essentielles pour un ambulancier qui pratique des massages cardiaques. Comme il s’agit d’une manœuvre épuisante pour le corps, un relais doit s’effectuer aux 2 minutes entre les paramédics.

Le robot est principalement utilisé lors de l’évacuation du lieu de prise en charge, facilitant ainsi le travail des ambulanciers lors des déplacements et du transport vers le centre hospitalier. 

«C’est à ces moments qu’on connait des lacunes au niveau des compressions thoraciques. Lorsqu’on descend l’escalier avec un patient, on ne peut évidemment pas pratiquer les manœuvres, mais l’appareil va le faire à notre place et n’arrêtera jamais» a expliqué Marc-Antoine Tremblay, superviseur au CTAQ, en entrevue à TVA Nouvelles. 

Grâce à cet appareil, les ambulanciers croient qu’ils ont plus de chances de sauver des vies. 

«C’est comme un paramédic de plus qui fait juste des massages cardiaques et qui ne s’épuisera pas. Ça permet de bonifier l’intervention» croit M. Tremblay.  

L’appareil aurait été testé une quinzaine de fois sur des patients aux poids variant entre 100 et 300 livres. 

Certains établissements de santé de la Ville de Québec prévoient faire l’acquisition du robot Lucas dans un futur proche, comme c’est le cas de l'Hôpital de l'Enfant-Jésus

-Avec les informations de Kariane Bourassa