/news/politics

«Ce serait temps de lever le blocus»

TVA Nouvelles

Au lendemain de la rencontre entre le ministre fédéral des Services aux Autochtones, Marc Miller, et des membres de la communauté mohawk Tyendinage , le grand chef de Kanesatake Serge Simon est d’avis que les blocus ferroviaires devraient être levés pour laisser place aux discussions.   

«Ce serait le temps de regarder à lever le blocus et de continuer avec les discussions tout en affirmant que les blocus continueront si les gouvernements et les industries continuent de démontrer de la mauvaise foi», déclare-t-il.   

• À lire aussi: Un blocus qui va coûter bien cher au supermarché  

• À lire aussi: Rencontre avec les Mohawks: «des progrès modestes», dit le ministre  

• À lire aussi: Le cauchemar des producteurs agricoles  

Sans la levée des blocus, le chef Serge Simon dit craindre que la solidarité des Canadiens envers les enjeux autochtones faiblisse.   

«On voit qu’il y a beaucoup de Canadiens qui sympathisent avec les problématiques des Premières Nations et on risque de voir cette sympathie s’évaporer», précise M. Simon.   

Celui qui a vécu la crise d'Oka en 1990 estime que le temps est devenu de déclarer une «trève», avant que la situation ne dégénère. 

Depuis 10 jours, des manifestants autochtones bloquent routes et voies ferrées en guise de solidarité avec les chefs héréditaires de la Première Nation de Wet’suwet’en, en Colombie-Britannique. Ces chefs s’opposent au projet de gazoduc Coastal GasLink, dans le nord de cette province.   

À l’issue de la rencontre d’hier, le ministre Miller parlé de «progrès modestes» en référence à ses efforts pour faire lever le barrage.   

Voyez l'entrevue complète dans la vidéo ci-dessus  

-Avec Agence QMI 

Dans la même catégorie