/news/coronavirus

On craint le pire pour les deux premiers Québécois atteints

Antoine Lacroix | Journal de Montréal

Le couple de Québécois en quarantaine sur un bateau de croisière au Japon a finalement reçu la bien mauvaise nouvelle samedi qu’ils étaient tous deux atteints du coronavirus. Ils sont maintenant très faibles, selon la famille.        

• À lire aussi: Le couple de Québécois atteint du COVID-19  

• À lire aussi: «Ils auraient dû agir beaucoup plus rapidement»

Des Japonais en habits de protection évacuent des passagers du <i>Diamond Princess</i> n’étant pas affectés par le COVID-19.

Photo AFP

Des Japonais en habits de protection évacuent des passagers du Diamond Princess n’étant pas affectés par le COVID-19.

« J’étais inconsolable aujourd’hui, lance la fille de Bernard et Diane Ménard, Chantal. Ça fait deux semaines que j’implore le gouvernement de faire quelque chose. Nos craintes sont maintenant confirmées, c’est la pire situation, ils sont à l’autre bout du monde. »         

Les deux Québécois qui ont été testés positifs.

Photo tirée de Facebook

Les deux Québécois qui ont été testés positifs.

La famille de cette dernière était rongée par l’inquiétude samedi soir, alors que l’état de santé de ses parents était très préoccupant. Ils ont eu la confirmation au cours de la nuit que le couple avait été testé positif au COVID-19. Il s’agit des deux premiers Québécois a être infectés par le virus.          

« Ils ne vont vraiment pas bien, il faut qu’ils soient sortis de là au plus vite, qu’on les amène à l’hôpital, soutient Chantal Ménard. Ils sont très faibles, ils nous ont avoué que mon père ne faisait que dormir depuis deux jours, il ne s’alimente presque plus depuis quatre jours. »         

Juste avant de s’entretenir avec Le Journal, celle-ci avait eu l’occasion de parler avec ses parents via l’application FaceTime.         

« Juste se lever du lit, ils ont de la misère. Ils essaient de s’entraider, parce qu’ils sont pratiquement laissés à eux-mêmes. Ils font de la température », explique Mme Ménard.       

Transport à l’hôpital  

Après plus de 12 heures d’attente après qu’on leur ait annoncé qu’ils étaient porteurs de la maladie, Bernard et Diane Ménard, âgés de 75 et 73 ans, ont été évacués en ambulance vers un hôpital japonais.         

Leurs proches espèrent que l’endroit est doté d’un réseau Wi-Fi afin de pouvoir demeurer en contact avec eux. Malheureusement, le couple devra être séparé puisque les chambres d’isolement sont conçues pour accueillir une seule personne.          

« Ils n’ont jamais été séparés, ça fait plus de 53 ans qu’ils sont mariés », laisse tomber leur fille, impuissante face à la situation.         

Peu informés  

Chantal Ménard déplore également que les informations rentrent au compte-gouttes quant à la situation de ses parents.          

« On ne sait rien, le gouvernement ne nous tient pas vraiment au courant ».         

« Ils ont juste voulu faire un petit voyage, ils n’ont jamais souhaité se retrouver au centre de ça. Si c’était à recommencer, ils resteraient à la maison. Ils devaient revenir le 3 février », ajoute-t-elle.         

Le gouvernement a annoncé samedi soir qu’un avion serait affrété bientôt pour évacuer ses ressortissants isolés sur le bateau .         

Mais le plan de secours arrive trop peu trop tard pour les septuagénaires gatinois, en quarantaine depuis le début février, puisqu’ils ne pourront pas retourner à la maison de sitôt, étant infectés par le COVID-19.         

« Les personnes qui présentent des symptômes du COVID-19 ne seront pas autorisées à monter à bord et seront transférées au système de santé japonais pour y recevoir les soins appropriés », est-il précisé par le communiqué gouvernemental.          

« Les personnes qui restent au Japon continueront à recevoir des services consulaires complets du gouvernement du Canada », ajoute-t-on.          

Les Canadiens qui pourront être évacués seront transportés vers la base des Forces canadiennes Trenton, où ils seront évalués. Ils seront ensuite amenés à Cornwall, en Ontario, pour se soumettre à une nouvelle période de 14 jours en quarantaine.         

« Nos experts en santé publique sur le terrain continueront d’aider les Canadiens qui font actuellement l’objet d’une mise en quarantaine au Japon ou qui sont hospitalisés pour y suivre un traitement », a affirmé dans un communiqué Patty Hajdu, ministre de la Santé du Canada.          

Le bilan du jour             

1665 décès en Chine   

Premier décès hors de l’Asie. Il s’agit d’un Français.   

355 cas confirmés sur les 1219 passagers du paquebot Diamond Princess  

8 cas confirmés au Canada   

15 cas confirmés aux États-Unis   

600 cas confirmés hors de la Chine   

68 000 cas confirmés en Chine   

Dans la même catégorie