/news/currentevents

Un proche des Hells Angels atteint par balle à Saint-Lambert

Agence QMI

L’homme atteint par balle en plein jour, dimanche, alors qu'il déambulait sur l'avenue Victoria à Saint-Lambert, sur la Rive-Sud, est proche de membre des Hells Angels, a appris notre Bureau d’enquête. 

François Leblanc, 53 ans, connait notamment bien Éric Bouffard du chapitre South des Hells Angels. 

La victime a été blessée au bas du corps par au moins un projectile d'arme à feu vers 14h, près de la rue Green, dans un secteur commercial de l’avenue Victoria. François Leblanc a été transporté à l’hôpital, mais on ne craignait pas pour sa vie. Il a collaboré avec les enquêteurs qui sont venus le voir à l’hôpital, a précisé le Service de police de l'agglomération de Longueuil (SPAL) en soirée. 

  

Des enquêteurs devaient déterminer les circonstances entourant cette tentative de meurtre, notamment à savoir si François Leblanc était ciblé par son agresseur. L'une des thèses analysées est celle du crime organisé, ce qui inquiète le maire de Saint-Lambert. 

«Malheureusement, ce qui se passe au DIX30 est en train de s’étendre chez nous. C’est très malheureux», a confié Pierre Brodeur. Au printemps dernier, Éric-Francis De Souza, un homme de 24 ans, avait été abattu dans un restaurant de ce quartier commercial de Brossard. 

Saint-Lambert est réputée pour être une petite ville tranquille. «Les gens qui ont leurs habitudes sur la rue Victoria sont ébranlés. [...] Il y aura des policiers communautaires déployés dès cette semaine pour aller discuter avec les citoyens de cet événement traumatisant», a mentionné le maire Brodeur. 

  

Plusieurs témoins devaient être rencontrés par les enquêteurs du SPAL. 

«On aimerait que les gens qui étaient dans le secteur, disons entre 13 h 30 et 14 h 15 n'hésitent pas, s'ils ont été témoins de quoi que ce soit d'anormal ou de louche - une personne qui rodait ou qui avait un comportement inhabituel - à nous contacter au 450 463-7211», a précisé le porte-parole du SPAL Ghyslain Vallières. 

  

 

 

 

«Chaque élément, dans une situation comme celle-là, est un morceau de puzzle qui, aussi petit puisse-t-il être, peut être la clé pour résoudre le dossier», a-t-il ajouté en soulignant que tous les témoignages fournis peuvent être faits de manière anonyme. 

Aucun suspect n'avait immédiatement été identifié par la police. 

- Avec la collaboration de Félix Séguin, TVA Nouvelles