/regional/estduquebec/cotenord

Déclin démographique marqué sur la Côte-Nord

André Normandeau | TVA Nouvelles

La Côte-Nord est la région de la province où le déclin de sa population a été le plus rapide au cours des trois dernières années selon l’Institut de la statistique du Québec.

Deux mille personnes ont quitté la Côte-Nord de 2016 à 2019.

Au premier juillet 2019, 90 000 Nord-Côtiers habitaient la région. La Côte-Nord est devenue la seule région de la province où toutes ses MRC ont perdu des résidants au cours des trois dernières années.

La Haute-Côte-Nord présente même le plus fort taux de décroissance du Québec.

Le Carrefour jeunesse emploi remarque que plusieurs jeunes quittent la région pour étudier et ne reviennent pas. «Aussitôt qu’un jeune est en ville, qu’il a la possibilité de faire un stage en lien avec ses études, à ce moment-là, les entreprises les garde et leur offre un emploi tout de suite en sortant de l’école», explique la directrice générale de l’organisme, Manon Barbeau.

«Parfois même quand ils n’ont pas encore fini!» ajoute-t-elle.

Au Québec, parmi les villes ayant la décroissance la plus rapide pendant cette période, Port-Cartier arrive en tête, suivi de Sainte-Anne-des-Monts en Gaspésie. Baie-Comeau se place en 3e position.

C’est pourquoi le maire travaille avec l’Université du Québec à Rimouski pour créer un pavillon universitaire dans sa ville. «À peu près le trois quarts des jeunes (...) ne reviennent pas dans la région. C’est majeur comme statistique», s’alarme le maire Yves Montigny.

«Et nous, on lutte contre ça, particulièrement dans l’ouest de la Côte-Nord. La région de la Manicouagan est affectée du fait qu’elle n’a pas ici de service universitaire permanent», a-t-il précisé.

Les trois seules régions du Québec à connaître un déclin de leur population récemment se retrouvent dans l’Est-du-Québec. Cependant, le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie/ Iles-de-la-Madeleine sont désertés moins rapidement que la Côte-Nord.