/news/coronavirus

Les Canadiens ne seront pas tous rapatriés

TVA Nouvelles

Les Canadiens qui sont en quarantaine depuis 12 jours sur le navire de croisière au Japon seront finalement rapatriés. Une mesure qui touche seulement ceux qui ne sont pas atteints du coronavirus (COVID-19). 

• À lire aussi: «Le ministre Champagne a appelé ma mère personnellement» 

• À lire aussi: «Ils auraient dû agir beaucoup plus rapidement» 

• À lire aussi: On craint le pire pour les deux premiers Québécois atteints 

Bernard et Diane Ménard, de Gatineau, étaient confinés dans leur chambre depuis le 6 février. Depuis une semaine, ils éprouvaient des symptômes. 

Samedi, on leur a confirmé qu’ils avaient contracté le coronavirus. Ils ont été transférés dans un hôpital militaire japonais.  

Chantal Ménard multiplie les démarches pour que ses parents reviennent au Canada. Elle aimerait que le gouvernement les ramène au pays rapidement.  

«Ils doivent être ramenés, et ça presse. J'aimerais qu'ils soient dans l'avion que M. Trudeau a envoyé qui va partir d'ici 24 heures», demande-t-elle.

«Pour qu’ils aient de meilleurs soins. Quand ils sont arrivés là-bas, ils ont été testés légers. Il y a de l’espoir. Ils sont transportables», ajoute-t-elle. 

Les États-Unis ont rapatrié 300 Américains qui ont séjourné sur le même paquebot. 14 passagers asymptomatiques ont été placés en quarantaine en Californie et au Texas. Est-ce que le Canada devrait faire de même? 

«Le risque de rapatrier quelqu’un symptomatique est que son état se détériore en vol. Il faut être équipé pour donner des soins comme si on était dans un hôpital», explique Dre Caroline Quach microbiologiste-infectiologue, CHU Sainte-Justine.

Elle n'a pas toutes les données, mais les Américains semblent avoir pris un risque calculé. 

«Quand on n'a pas de symptôme, le risque de transmettre l'infection est beaucoup moindre, parce que le virus reste dans notre corps. Il faut éternuer, tousser pour que ça sorte», précise la spécialiste.

Dans la même catégorie