/sports

Shea Weber le... miraculé

Jonathan Bernier | Agence QMI

CAPTURE D'�CRAN/TVA NOUVELLES/AGENCE QMI

Les pronostics les plus optimistes parlaient d’une absence de quatre à six semaines. À d’autres moments, un collègue de Toronto avait même avancé que sa carrière était compromise. Pourtant, mardi soir à Detroit, Shea Weber devrait être en uniforme pour affronter les Red Wings et aider ses coéquipiers à freiner à quatre leur plus récente série de matchs sans victoire.

Lundi matin, avant le départ de l’équipe vers la Ville de l’automobile, le capitaine occupait son poste régulier sur le premier duo de défenseurs, à la droite de Ben Chiarot, ainsi que sur la première unité davantage numérique.

«Ce sont de bonnes nouvelles. Shea est un athlète qui est capable d’en prendre beaucoup. Nous aussi, on a été surpris, mais c’est bien de le revoir sur la patinoire et de savoir qu’il est près d’un retour», a indiqué Claude Julien, après l’entraînement de son équipe.

Victime d’une entorse à la cheville gauche lors du match disputé au New Jersey le 4 février, Weber aura donc raté seulement deux semaines d’activités. Il est de mise de ne pas conjuguer le verbe au conditionnel, puisque le principal intéressé ne semble pas avoir l’intention de passer un jour de plus sur la touche.

«Je ne suis pas à 100%, mais tant qu’on n’est pas officiellement éliminé, on est encore dans la course. On y croit encore. Je veux en faire partie. Je ne veux pas rester assis à regarder passer la parade», a lancé l’athlète de 34 ans, affirmant de même souffle avoir patiné en solitaire samedi et dimanche.

«J’ai déjà joué avec de la douleur auparavant, je peux le faire encore», a-t-il également souligné.

Pas de risque

Toutefois, il est important de rappeler qu’à cette occasion l’aventure s’était mal terminée. Blessé dès le premier match de la saison 2017-2018, Weber avait disputé les 25 suivants malgré un pied fracturé. Il avait dû se résoudre à passer sous le bistouri en mars 2018.

«Je me suis assuré qu’il n’y avait pas de risque d’aggraver la blessure. Surtout après ce qui est arrivé la dernière fois», a-t-il soutenu.

Évidemment, le retour du grand numéro 6 sera accueilli à bras ouverts par ses coéquipiers.

«C’est un dur. Il avait l’air à l’aise. Il patinait bien et bougeait bien la rondelle. Tout ce que Shea a l’habitude de faire, a déclaré Carey Price. Il a un gros ascendant sur ce vestiaire et sur la patinoire.»

Byron également de retour

Sur la touche depuis le 15 novembre, Paul Byron devrait également jouer sur la patinoire du Little Caesars Arena.

«Voir deux joueurs de cette trempe revenir dans ta formation, ça fait toujours du bien. Ce sont deux vétérans qui donnent leur maximum à chaque match. Ça peut certainement nous aider», a convenu Julien.

D’ailleurs, pour faire de la place à ces deux patineurs et respecter la limite des 23 joueurs, le Tricolore a renvoyé Jake Evans et Christian Folin à Laval.

Pour sa part, Brendan Gallagher est un cas incertain. Il a accompagné l’équipe à Detroit, mais sa blessure à une jambe pourrait lui faire rater ce rendez-vous.

Quant à Jonathan Drouin, absent samedi lors de la visite des Stars de Dallas en raison d’une blessure à une cheville, il sera à son poste. À l’entraînement de lundi, il évoluait en compagnie de Nick Suzuki et de Joel Armia.

Dans la même catégorie